Accéder au contenu principal

Service minimum sur le commerce et le climat au G20 de Buenos Aires

Le dirigeants du G20 à Buenos Aires, le 30 novembre 2018.
Le dirigeants du G20 à Buenos Aires, le 30 novembre 2018. Reuters

Les dirigeants des principales économies mondiales, réunis au G20 de Buenos Aires, ont soutenu samedi la réforme "nécessaire" de l'OMC et souligné, à l'exception des États-Unis, l'importance de l'accord de Paris sur le climat.

PUBLICITÉ

Les États membres du G20 réunis en sommet à Buenos Aires ont diffusé samedi 1er décembre un communiqué commun, qui fait le service minimum sur le commerce et confirme le cavalier seul des États-Unis sur le climat.

Les dirigeants des principales économies mondiales "notent les problèmes commerciaux actuels" mais s'abstiennent de toute condamnation du protectionnisme dans ce document négocié jusqu'à la dernière seconde et rendu public par l'Argentine, le pays hôte.

"Les États-Unis, qui sont l'économie la plus ouverte du monde, n'acceptent pas d'être enfermé dans une case", a déclaré l'hôte du sommet, le président Mauricio Macri, interrogé en conférence de presse sur l'absence du mot "protectionnisme" dans le texte final.

Les dirigeants soulignent également que le système commercial multilatéral "rate ses objectifs" et "soutiennent la réforme nécessaire de l'Organisation mondiale du commerce", sur fond de multiplication par les États-Unis des confrontations avec leurs partenaires commerciaux.

Le G20 promet de faire un point sur cette réforme d'une OMC honnie de Donald Trump, mais aussi contestée pour d'autres raisons par Pékin, au cours de son sommet l'an prochain au Japon.

Le climat, "grande bataille" du sommet

À propos du climat, comme déjà l'an dernier au G20 de Hambourg, les États-Unis font bande à part.

Les membres du G20 "signataires  de l'accord de Paris" soulignent dans le communiqué que ce dernier est "irréversible" et "s'engagent à sa pleine mise en œuvre", prenant en compte toutefois les "capacités respectives, au vu des diverses situations nationales".

Certains pays émergents estiment avoir besoin de plus de soutien que les pays les plus avancés pour leur transition énergétique.

"Un certain nombre de pays hésitaient (...) à confirmer leur engagement dans l'accord de Paris et donc c'était une des grandes batailles de cette nuit [de négociations] de garder le pack des 19", a souligné une source française proche des négociations.

Les États-Unis rappellent quant à eux dans un paragraphe distinct qu'ils ont rejeté l'accord de Paris. Ils disent s'engager en faveur de "la croissance économique, l'accès à l'énergie et la sécurité, en utilisant toutes les technologies et les sources énergétiques disponibles, tout en protégeant l'environnement".

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.