Accéder au contenu principal

La police recommande une troisième inculpation de Netanyahou pour corruption

Il s'agit de la troisième affaire de corruption dans laquelle la police israélienne recommande l'inculpation du Premier ministre.
Il s'agit de la troisième affaire de corruption dans laquelle la police israélienne recommande l'inculpation du Premier ministre. AFP, archives

Benjamin Netanyahou est soupçonné d'avoir accordé des faveurs gouvernementales en échange d'une couverture médiatique favorable à son égard. Le Premier ministre a affirmé, dimanche, que les recommandations d'inculpation sont infondées.

PUBLICITÉ

La police israélienne a recommandé, dimanche 2 décembre, que des poursuites judiciaires pour des faits de corruption soient lancées à l'encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahou et de son épouse Sara, disant avoir rassemblé suffisamment de preuves.

Benjamin Netanyahou est soupçonné d'avoir accordé des faveurs gouvernementales à Bezeq en échange d'une couverture favorable à son égard de la part du site d'informations Walla. Le chef du gouvernement israélien nie toute malversation.

C'est la troisième affaire de corruption dans laquelle la police israélienne recommande l'inculpation du Premier ministre israélien. "Je suis sûr que dans ce cas, les autorités compétentes, après avoir examiné la question, parviendront à la même conclusion : qu'il n'y avait rien parce qu'il n'y a rien", a indiqué le Premier ministre dans un communiqué. Ce dernier affirme également que les recommandations de la police ne sont juridiquement pas fondées.

L'opposition appelle à des élections anticipées

Dans l'opposition, le chef des travaillistes Avi Gabbay a appelé Benjamin Netanyahou à démissionner. La dirigeante du parti de gauche Meretz, Tamar Zandberg, a estimé sur Twitter qu'"Israël doit organiser des élections maintenant", le Premier ministre étant accusé du "plus grave délit selon la loi israélienne".

Légalement, rien n'oblige Benjamin Netanyahou à démissionner s'il est inculpé, tant qu'il n'a pas été condamné et tous les recours épuisés. Fragilisé par la démission du ministre de la Défense, le nationaliste Avigdor Lieberman et par le retrait de son parti Beiteinou de la coalition, le gouvernement ne dispose plus que d'une majorité d'une voix au Parlement.

Benjamin Netanyahou, en poste depuis 2009, est toutefois en passe de battre le record de longévité d'un Premier ministre. Il fait face à une opposition qui ne semble pas en mesure de le battre si des élections étaient organisées aujourd'hui. L'échéance est normalement fixée à novembre 2019, mais depuis des mois flotte un parfum d'élections anticipées.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.