Accéder au contenu principal

Gilets jaunes : Matignon prépare un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants

Le Premier ministre Édouard Philippe à Matignon, le 2 décembre 2018.
Le Premier ministre Édouard Philippe à Matignon, le 2 décembre 2018. AFP

Le Premier ministre doit annoncer ce mardi la suspension de la hausse des taxes sur le carburant, selon plusieurs sources gouvernementales. L'exécutif espère ainsi désamorcer la crise des Gilets jaunes.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre Édouard Philippe va annoncer mardi un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants prévue le 1er janvier, afin de tenter d'apaiser la crise des Gilets jaunes, ont indiqué des sources gouvernementales à l'AFP.

Une annonce très attendue alors que la rencontre prévue cet après-midi avec des représentants des Gilets jaunes a été annulée. Les représentants des "Gilets jaunes libres", qui avaient appelé dimanche à une sortie de crise, ont annoncé qu'ils ne se rendraient pas rue de Varenne, notamment pour "raisons de sécurité".

>> À lire aussi : "Gilets jaunes : les Républicains réclament un référendum, les socialistes veulent restaurer l'ISF"

Une réunion au sommet s'est tenue lundi soir à l'Élysée autour d'Emmanuel Macron, Édouard Philippe et une dizaine de ministres, dont François de Rugy (Transition écologique) et Bruno Le Maire (Économie) qui avaient écourté un déplacement à l'étranger. L'Élysée, laissant augurer des annonces rapidement, a rapporté que cette entrevue avait "permis d'échanger sur les réponses à apporter aux mobilisations en cours".

Le Premier ministre va "annoncer un geste d'ouverture fort dans les prochains jours", a assuré le ministre de la Culture, Franck Riester, qui lui a été reçu a Matignon en tant que président du parti Agir.

Macron à la manœuvre

S'il a envoyé son Premier ministre en première ligne, Emmanuel Macron semble néanmoins à la manœuvre. Sa visite officielle en Serbie prévue mercredi et jeudi a été reportée, tout comme une réunion de travail avec des associations d'élus locaux prévue mardi après-midi.

Édouard Philippe s'exprimera mardi matin devant le groupe En marche à l'Assemblée, puis lors de la séance de questions au gouvernement. Mercredi à l'Assemblée et jeudi au Sénat, il mènera un débat, a annoncé Matignon.

La gestion de l'ordre public est également au centre du débat politique. Déjà entendus lundi soir à l'Assemblée, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'État Laurent Nunez s'en expliqueront mardi après-midi devant le Sénat.

>> À lire aussi : "Gilet jaunes : Castaner qualifie de "honteux" les événements du 1er décembre"

Prison avec sursis

Sur le plan judiciaire, au moins 57 personnes ont comparu lundi à Paris. Ils font partie des 139 suspects majeurs qui ont déjà été déférés au parquet de Paris, après les violences et les dégradations de samedi. Au total, ce week-end, les violences ont donné lieu au chiffre record de 363 gardes à vue, dont 32 pour des mineurs, selon un nouveau bilan du parquet de Paris.

>> À lire aussi : "Entre trois et quatre millions d'euros" de dégâts lors des affrontements à Paris

Les premières condamnations sont tombées lundi : des peines de trois à huit mois de prison avec sursis, parfois assorties d'une interdiction temporaire de venir à Paris. Mais aussi quelques peines de plusieurs mois de prison ferme, dont certaines non aménageables, donc avec maintien en détention.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.