Accéder au contenu principal
Revue de presse

"Face à l'Arabie saoudite, la Turquie, l'Iran et le Qatar renforcent leur alliance"

France 24

Dans la presse, ce jeudi 6 décembre, la controverse autour du pacte de Marrakech, un texte de l'ONU pour défendre les migrants et présenté par ses détracteurs comme une manœuvre pour organiser une "submersion migratoire", le rapprochement entre la Turquie, le Qatar et l'Iran, pour contrer l'Arabie saoudite, et la photo d'un bébé élan.

PUBLICITÉ

Dans la presse, ce jeudi matin, la polémique, en France, autour du pacte de Marrakech, un texte qui alimente depuis quelques semaines "les colères et fantasmes des extrêmes droites européennes", selon Libération.

Le journal, qui rappelle que ce texte de l’ONU pour "des migrations sûres, ordonnées et régulières", destiné à défendre les droits de migrants et voté par l'Assemblée générale des Nations unies en juillet dernier, n’a pas de valeur contraignante pour ses signataires, rapporte que cela n’empêche pas "ses détracteurs d’affirmer qu’il s’imposera aux autorités nationales". Ces opposant cherchent notamment à convaincre les Gilets jaunes», que le pacte de Marrakech est en réalité "une manœuvre supranationale pour organiser la 'submersion migratoire' du continent". L'argument a fait mouche en Slovaquie, où le gouvernement a annoncé fin novembre qu’il ne signerait pas le pacte, selon Libé, qui précise que la Hongrie, l’Australie, la République tchèque, la République dominicaine ont aussi gelé ou annulé leur participation à cet accord, tandis que les États-Unis de Donald Trump n’ont même pas pris part aux négociations. Toujours selon le journal, le président français, Emmanuel Macron, a quant à lui décidé de signer ce texte à Marrakech, où il se rendra les 10 et 11 décembre prochains.

En Belgique, les nationalistes belges menacent de faire chuter le gouvernement s’il signe le pacte de Marrakech. D’après Le Figaro, la coalition au pouvoir, dirigée par Charles Michel, est plongée dans "une grave crise politique dont elle pourrait ne pas sortir indemne", à cause du refus du parti nationaliste flamand, la N-VA, d’apporter son soutien à ce document. Cette opposition oblige le Premier ministre à aller chercher des soutiens au Parlement, qui doit se prononcer ce jeudi sur la question. Selon le journal, ce serait la décision du chancelier conservateur Sebastian Kurz de retirer l’Autriche de ce pacte qui aurait finalement "convaincu les nationalistes flamands, jusque-là favorables au texte, qu’il convenait d’opérer un virage à 180 degrés".

Le Figaro annonce aussi ce matin le renforcement de l’alliance entre la Turquie, l’Iran et le Qatar face à l’Arabie saoudite. Le quotidien explique que ces trois pays ont décidé de profiter de "l’onde de choc suscitée par l’assassinat de Jamal Khashoggi" pour "démultiplier les initiatives en faveur d’un rapprochement stratégique", pour "faire bloc", non seulement contre le royaume saoudien, mais aussi contre les Émirats arabes unis, l’Égypte et les États-Unis, où l’administration Trump a choisi de "ménager le prince héritier Mohammed ben Salmane", soupçonné d’être le responsable de cet assassinat. Le Figaro évoque notamment la visite, fin novembre, de l’émir du Qatar à Istanbul, durant laquelle plusieurs protocoles de coopération ont été signés, notamment dans les domaines du commerce et des transports, un rendez-vous lui-même précédé par une autre visite, trois mois auparavant, du cheikh Tamim Ben Hamad al-Thani, qui avait alors offert à la Turquie 15 milliards de dollars d’investissements.

En Espagne, la condamnation de cinq hommes à neuf ans de prison pour abus sexuel lors des fêtes de la San Fermin en 2016, a été confirmée en appel, mercredi. La première condamnation de ces hommes, qui avaient filmé leurs actes et s’en étaient vantés sur un groupe WhatsApp où ils se surnommaient "la meute", avait déclenché une vague de manifestations. Les féministes protestaient alors contre le fait que le groupe soit condamné pour abus sexuel, et non pour agression sexuelle, au motif qu’il n’existait pas de preuve d’intimidation ou de violences sur la victime. La confirmation de cette première condamnation provoque, une nouvelle fois, l’indignation, notamment du journal El Pais, qui estime que l’Espagne doit réformer son code pénal – un projet déjà annoncé en juillet par le gouvernement socialiste, qui dit vouloir proposer une réforme pour introduire la notion de consentement sexuel explicite, sur le modèle de la Suède, où tout acte sexuel sans accord explicite est considéré comme un viol.

Un peu de douceur polaire pour terminer, avec les clichés d'un jeune renne blanc. L'animal a été photographié en Norvège par le photographe Mads Nordsveen. Ce dernier a posté sa photo sur les réseaux sociaux, un succès viral, puisque 32 000 personnes ont déjà "liké" son post en deux jours. Lu sur le site Daily Hive.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.