Accéder au contenu principal

La directrice financière de Huawei accusée de fraude par les États-Unis

Des visiteurs devant le stand de Huawei au Congrès mondial du mobile à Barcelone, Espagne, le 27 février, 2017.
Des visiteurs devant le stand de Huawei au Congrès mondial du mobile à Barcelone, Espagne, le 27 février, 2017. Eric Gaillard, Reuters

La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei est accusée de fraude par la justice américaine. Arrêtée samedi au Canada, à la demande des États-Unis, elle a comparu devant un juge de Vancouver vendredi.

PUBLICITÉ

Lors d'une audience de libération conditionnelle au tribunal de Vancouver, vendredi 7 décembre, Meng Wanzhou s’est vu signifier le chef d’inculpation qui lui a valu d’être arrêté au Canada samedi dernier.

La justice américaine accuse la directrice financière du géant chinois des télécoms d’avoir menti à plusieurs banques au sujet d’une filiale de Huawei, afin de contourner les sanctions américaines et d’accéder au marché iranien. Face aux banquiers elle aurait affirmé qu’il n’existait aucun lien direct entre Huawei et la société Skycom alors qu'en fait "Skycom c'est Huawei", selon le procureur canadien. Ce dernier a appelé la cour à rejeter sa demande de remise en liberté, arguant qu’il existe un risque réel qu’elle fuie le pays.

"Complot d'escroquerie"

Accusée de "complot d'escroquerie au détriment de plusieurs institutions financières" par la justice américaine, la dirigeante chinoise encourt une peine allant jusqu’à 30 ans de prison si elle est jugée aux États-Unis. Les autorités américaines, qui demandent son extradition, ont 60 jours pour transmettre à la justice canadienne une demande officielle. Il appartiendra alors au Canada de juger si la demande est recevable.

Le gouvernement chinois, dont Meng Wanzhou est réputée proche, a exigé sa libération. Cette affaire ravive les tensions entre la Chine et les États-Unis alors que les deux pays viennent d’annoncer un accord pour mettre fin à leur guerre commerciale.

>> À lire aussi : Huawei, l’ennemi public chinois numéro 1 des États-Unis

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.