Cyril Dion poursuit l'aventure de "Demain" avec "Après demain"

Publicité

Paris (AFP)

La crise des "gilets jaunes" peut être le moyen "de faire avancer un certain nombre d'idées", espère Cyril Dion, réalisateur du documentaire à succès "Demain" dont la suite, "Après demain", est diffusée mardi soir sur France 2.

"On a besoin de raconter une histoire différente autour du sens de nos existences, de nos sociétés", défend le militant écologiste et co-fondateur du mouvement Colibris avec Pierre Rabhi. "On est encore paralysé dans un récit qui dit +plus vous aurez d'argent, plus vous posséderez, plus vous serez heureux+", poursuit-il.

Pour le réalisateur, il est nécessaire d'imaginer un nouveau récit qui donne envie aux gens de se rassembler autour de la lutte contre le changement climatique. "Demain", réalisé avec l'actrice et réalisatrice Mélanie Laurent, s'efforçait ainsi de mettre en avant des solutions locales qui fonctionnent, aussi bien dans le domaine de l'énergie, de l'agriculture, de l'éducation ou des transports. Sorti en décembre 2015, le documentaire a rencontré un énorme succès, attirant dans les salles plus d'un million de spectateurs, et a récolté un César en 2016.

Mais pour pouvoir se faire entendre, "on a d'abord besoin de calmer le jeu et qu'il y ait une forme de redistribution des richesses, avant d'entamer des mutations qui demandent de la réflexion", estime Cyril Dion.

Dans "Après demain", diffusé à 23h15 mardi, le réalisateur revient avec la journaliste Laure Noualhat sur des expériences nées dans la foulée de "Demain", pour voir celles qui ont fonctionné ou pas et pourquoi. "Quand ça fonctionne, c'est très souvent grâce à une coopération entre les acteurs, des entrepreneurs, des élus et des citoyens", constate-t-il.