Accéder au contenu principal

Attaque de Strasbourg : les théories du complot fleurissent sur la Toile

L'attaque de mardi a eu lieu à proximité du célèbre marché de Noël de Strasbourg.
L'attaque de mardi a eu lieu à proximité du célèbre marché de Noël de Strasbourg. Vincent Kessler, Reuters

Des théories du complot se déploient sur les réseaux sociaux et suscitent l’indignation. Elles présentent l'attaque perpétrée mardi soir à Strasbourg comme une machination contre le mouvement des Gilets jaunes.

Publicité

"Ne relayez pas de fausses rumeurs". Quelques heures après l'attaque de Strasbourg mardi 11 décembre, les comptes Twitter officiels du ministre de l’Intérieur et des services de l'État dans la région Grand-Est et dans le département du Bas-Rhin mettaient en garde contre la diffusion de fausses informations.

Plusieurs théories du complot ont en effet commencé à circuler sur les réseaux sociaux immédiatement après les faits.

Celle qui a eu le plus de résonance affirme que l'attaque a été orchestrée par le gouvernement pour détourner l’attention de l’opinion publique et éteindre le mouvement des Gilets jaunes, à la veille de leur acte V. Ces thèses complotistes ont été beaucoup relayées, notamment sur les pages Facebook de groupes Gilets jaunes. "Bien joué Micron 1er, la carte de l'attentat à Strasbourg !!", commente ainsi un internaute.

Une des figures de proue du mouvement, Maxime Nicolle connu aussi sous le surnom de "Fly Rider", qui dispose d’une large audience sur son compte Facebook, a également livré son "analyse" : "Si c'était un attentat, dites-vous bien que le mec n'attend pas qu'il y ait  personnes dans une rue le soir à 20h. Il va en plein milieu des Champs-Élysées quand il y a des millions de personnes et il se fait exploser, ça c'est un vrai attentat !"

Face à ces thèses complotistes, une majorité d’internautes se sont manifestés pour faire part de "leur dégoût" pour ce qu'ils considèrent comme un manque de respect pour les victimes et leurs proches. "Pensez aux victimes et aux strasbourgeois.e.s au lieu de vriller dans vos têtes", disait l’un deux.

Mercredi matin, le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nunez, a lui aussi fait part de son indignation : "Comment peut-on dire des choses pareilles ? Un assaillant a tué trois personnes hier soir, en a blessé gravement d'autres, certaines sont entre la vie et la mort. Je ne comprends pas comment on peut s'imaginer ça. (…) C'est indigne."

Pour étayer le complot d’une fusillade "orchestrée", certains comptes font circuler des captures d’écran de tweets de comptes officiels de médias ou institutions avec une heure de diffusion indiquée bien avant le drame. Or, l’heure indiquée sur un tweet varie selon le fuseau horaire sur lequel l’internaute consulte Twitter.

Ces dernières années, quasiment systématiquement après chaque attentat, de multiples théories du complot voient le jour. Ce fût le cas après le 11 septembre 2001 ou encore après les attentats du 13 novembre à Paris qui avaient déchainé l’imagination des complotistes.

 

 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.