Accéder au contenu principal

Gilets jaunes : des grands groupes s'engagent à verser la prime défiscalisée de fin d'année

Emmanuel Macron a annoncé la défiscalisation des primes de fin d'année, le 10 décembre.
Emmanuel Macron a annoncé la défiscalisation des primes de fin d'année, le 10 décembre. Ludovic Marin, AFP

Plusieurs grandes entreprises françaises ont annoncé qu'elles allaient verser la prime défiscalisée de fin d'année à leurs salariés, répondant à la requête d'Emmanuel Macron. De nombreuses PME craignent de ne pas en avoir la capacité.

PUBLICITÉ

Les grands groupes français annoncent les uns après les autres le versement d'une prime de fin d'année à tout ou partie de leurs salariés, profitant de la défiscalisation annoncée par Emmanuel Macron lundi. Mais pour les entreprises de plus petite taille, l'octroi de cette prime peut s'avérer nettement plus difficile.

Le président Macron devait recevoir à l'Élysée, mercredi 12 décembre dans l'après-midi, des dirigeants d'entreprises pour leur demander de "participer à l'effort collectif".

>> Smic, CSG, ISF... Revoir l'allocution d'Emmanuel Macron en pleine crise des Gilets jaunes

Prime de 1 000 euros

Orange, Publicis, Altice, Iliad, LVMH et Kering mardi, Total mercredi, la liste des grandes entreprises séduites par l'idée d'une prime défiscalisée s'est allongée.

Au-delà du principe, salué unanimement par le patronat, chaque groupe adapte les modalités de versement et le montant de la prime.

Les organisations patronales Medef et CPME s'étaient montrées favorables à l'idée d'une prime de 1 000 euros au sortir de réunions qui avaient été organisées avec le gouvernement la semaine passée. Elles ont été entendues : Altice et Iliad ont choisi ce montant.

Pour Orange, l'enveloppe varie : une prime de 1 000 euros sera versée à tous les salariés en France dont le salaire annuel brut est inférieur à 25 000 euros, et de 500 euros à ceux gagnant "entre 25 000 et 30 000 euros".

Quant au géant de la publicité Publicis, il avait annoncé dès lundi soir attribuer une prime de 1 000 euros à ses collaborateurs en France ayant une rémunération mensuelle inférieure à 2 500 euros bruts. La prime concerne 31 % des salariés du groupe en France, en CDD ou en CDI.

>> À lire : "Comment financer les mesures d'Emmanuel Macron ?"

Seul Total a pris la décision de verser une prime de 1 500 euros à la totalité de ses salariés en France, selon son PDG, Patrick Pouyanné. "Nous proposons à nos organisations syndicales une enveloppe globale d'augmentation de 3,1 % et une prime exceptionnelle de 1 500 euros pour tous nos salariés en France", a écrit mardi le patron de Total, dans un tweet.

Un porte-parole de l'entreprise a précisé à l'AFP que la possibilité d'une défiscalisation avait joué sur le montant de la prime, tout comme "le fait de pousser les entreprises à contribuer" à l'effort collectif.

Au sein de Total, on fait savoir que ce sont les bons résultats du groupe qui justifient le versement de la prime, en dehors du contexte politique. Dans le cadre des négociations annuelles avec les syndicats, "le versement de la prime devait intervenir même en l'absence du contexte actuel, sous la forme d'un intéressement", indique un porte-parole.

"Il ne faut pas laisser trop d'illusions à nos salariés"

Pour les entreprises plus petites, la situation est tout autre. Mardi, la CPME a estimé que "le nombre de PME en capacité de distribuer une prime de ce type restera malheureusement limité".

De son côté, l'Union des entreprises de proximité (U2P) "avait évoqué" la distribution d'"une prime entre 0 et 1 000 euros, mais ça sera en fonction de la capacité financière des entreprises et de la situation d'avenir qu'elles voient dans les prochaines semaines", a expliqué à l'AFP son président, Alain Griset.

>> À lire : "L'opposition juge insuffisantes les annonces d'Emmanuel Macron"

Il ne faut "pas laisser trop d'illusions à nos salariés", a renchéri sur France Info Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), l'un des principales composantes du Medef. "Je ne suis pas sûr que toutes nos entreprises, et bien loin de là, soient en capacité de verser la prime."

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a parlé d'une "catastrophe" pour l'économie, lors d'une visite à des commerçants dimanche matin à Paris, au lendemain d'une nouvelles vague de violences.

Avant même les troubles du week-end, les remontées de différents secteurs laissaient prévoir une situation dégradée. Dans le commerce, Bercy a évoqué une baisse générale de l'activité, qui va d'au moins 15 % pour la grande distribution jusqu'à 40 % pour les petits commerces.

De son côté, peu de temps après les déclarations du ministre, la Banque de France a divisé par deux, à 0,2 % contre 0,4 % précédemment, le taux de croissance du PIB français qu'elle prévoit pour le quatrième trimestre, l'impact du mouvement des Gilets jaunes se faisant sentir dans "la plupart des secteurs".

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.