Accéder au contenu principal

"Gilets jaunes": Marine Le Pen "suppose que les manifestations ne pourront pas avoir lieu"

3 mn
Publicité

Paris (AFP)

Marine Le Pen "suppose que les manifestations des gilets jaunes ne pourront pas avoir lieu samedi", la France étant placée en "urgence attentat", même si la seule mesure prise pour l'heure par le ministère de l'Intérieur est l'interdiction de manifestation à Strasbourg.

Interrogée mercredi sur France 2 sur une éventuelle remise en question de la mobilisation des "gilets jaunes" prévue samedi dans le contexte de l'attaque de Strasbourg, la présidente du Rassemblement national a répondu: "Je suppose que si, de toute façon, ce statut d'alerte terroriste est maintenu, par définition il inclut l'interdiction des manifestations, donc les manifestations ne pourront pas avoir lieu".

"Si le ministre prend une décision aussi grave que celle qui consiste, dans un pays démocratique, à interdire les manifestations, c'est, je suppose, qu'il doit avoir les éléments", a-t-elle ajouté.

"Je ne polémiquerai pas là-dessus parce que je pense que la sécurité, en l'occurrence du peuple français, doit être mise en cause pour prendre une décision aussi grave", a renchéri la députée du Pas-de-Calais, qui avait rappelé mardi "qu'il existe une Constitution française (qui) donne au peuple français des droits, dont celui de manifester".

"Nous n'en sommes pas là. La mesure qui a été prise, c'est l'interdiction de manifestation à Strasbourg uniquement", a répondu mercredi sur France Inter le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez, interrogé sur une possible interdiction des manifestations.

"Nous demandons aux gilets jaunes de manifester en déclarant leurs manifestations et ça depuis le début de mouvement", a ajouté M. Nuñez. "Il y a eu de nombreux débordements liés à cette absence de déclarations qui nous empêchent d'encadrer correctement ces manifestations", a-t-il expliqué.

La France a été placée en "urgence attentat", ce qui permet d'effectuer des "contrôles d'identité renforcés" et une "surveillance renforcée des marchés de Noël partout en France pour éviter un éventuel mimétisme", a précisé de son côté la ministre de la Justice Nicole Belloubet.

Mme Le Pen a par ailleurs dit "crain(dre)" que les mesures annoncées lundi par Emmanuel Macron ne résoudront pas la crise des "gilets jaunes" "parce qu'il n'a pas analysé les ressorts de cette crise, de cette souffrance des Français, qui n'est pas exclusivement liée au pouvoir d'achat, qui est une contestation du modèle de la mondialisation sauvage".

"Je les voterai", a-elle néanmoins précisé, "parce que de toute façon c'est mieux que rien, mais honnêtement c'est pas grand-chose tout de même et il y a très peu de gens qui vont en réalité pouvoir en bénéficier".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.