Accéder au contenu principal

Gilets jaunes : la fronde made in France s'exporte dans le monde

Savo Prelevic, AFP

Le mouvement des Gilets jaunes qui agite la France depuis le 17 novembre a peu à peu franchi les frontières et gagné plusieurs pays. De la hausse du pouvoir d'achat à la demande de libération d'un député, les motivations diffèrent.

PUBLICITÉ

On connaissait les exportations françaises de vins, parfums, vêtements haute couture. La France exporte désormais la colère populaire des Gilets jaunes. Depuis le 17 novembre, date du premier rassemblement contestataire dans l’Hexagone, plusieurs pays se sont inspirés de la fronde made in France.

>> À lire : "Après l'attaque de Strasbourg, les Gilets jaunes restent mobilisés"

Des Gilets jaunes de toute l’Europe

De l’autre côté de la frontière, le phénomène a essaimé en Belgique. Depuis le 17 novembre, les Bruxellois manifestent revêtus de l’emblématique veste fluorescente. S’il n’y est pas question de "taxe carbone", la contestation est bel et bien née, comme en France, de la hausse des prix du carburant. Comme en France, les manifestants revendiquent plus de justice sociale et fiscale. Les rassemblements ont également été émaillés de violences. Jets de projectile contre la police, usage par les forces de l’ordre de gaz lacrymogène et de canon à eau, véhicules de police renversés et incendiés qui ont donné lieu à des centaines d’interpellations. Le gouvernement belge a évoqué des "scènes de guerre".

À chaque pays, ses spécificités. Outre-Rhin, le premier rassemblement des Gilets jaunes organisé le 1er décembre, porte de Brandebourg à Berlin, a pris un tour très politique. L’appel, lancé par trois mouvements d’extrême droite, s’est focalisé sur des questions migratoires. La démarche a également inspiré les cheminots allemands qui se sont paré de la veste de signalisation pour réclamer une hausse des salaires.

Aux Pays-Bas, des centaines de Gilets jaunes ont également battu le pavé, le 1er décembre, dans les rues de La Haye et de Maastricht. Les protestataires, majoritairement issus de la classe moyenne, ont réclamé une hausse de leur pouvoir d’achat.

L'extension du domaine de la lutte des Gilets jaunes

La prestation des Gilets jaunes la plus théâtrale revient à la Serbie. Mardi 4 décembre, Bosko Obradovic, député et chef de la formation de droite nationaliste Dveri, a revêtu la fameuse veste des automobilistes français lors d’une séance plénière au Parlement pour protester contre les prix du carburant. "Nous voulons des prix normaux de l’essence, ou vous aurez des Gilets jaunes dans les rues de Belgrade et de Serbie", a-t-il déclaré devant ses homologues. L’élu a, en outre, appelé la population à manifester samedi 8 décembre à Belgrade. En juin, la hausse du prix de l’essence avait déjà provoqué un mouvement de protestation dans plusieurs villes du pays.

Au Monténégro, le mécontentement s’accompagne aussi de la couleur jaune, mais les motivations diffèrent. Un millier de manifestants ont défilé dans les rues de Podgorica, samedi 8 décembre, habillés de leur gilet jaune pour dénoncer le placement en détention du député de l’opposition Nebojsa Medojevic.

En Bulgarie, la contestation a pris la couleur bleue, mais les motivations sont les mêmes qu’en France : les protestataires, vêtus de tuniques bleues, s’insurgent contre la flambée du prix du carburant en manifestant et en bloquant des axes routiers et postes-frontière.

"Plus dangereux que de la drogue"

Devant la popularité du mouvement, certains gouvernements s’inquiètent. À quelques semaines du huitième anniversaire de la révolution de janvier 2011, les autorités égyptiennes – prudentes – ont, pour leur part, décidé de limiter la vente des gilets jaunes. Depuis plusieurs semaines, les revendeurs doivent détenir une autorisation du commissariat de police. À en croire un commerçant, "vendre un gilet jaune devient plus dangereux que de vendre de la drogue", peut-on lire dans un article du Monde.

Que les Gilets jaunes français ne s’y trompent pas : ils ne sont pas les premiers à enfiler un gilet pour exprimer leur colère. En Irak, dans la ville de Bassora, des protestataires endossent depuis 2015 des gilets jaunes pour dénoncer le manque de service public. Mais le mouvement s’était essoufflé.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.