Accéder au contenu principal

Le Brésil signe l'acte d'extradition de Cesare Battisti, de nouveau en cavale

Cesare Battisti quitte la prison de Brasilia le 8 juin 2011, après que la Cour suprême brésilienne a soutenu la décision de l'ancien président Lula da Silva de ne pas l'extrader vers l'Italie.
Cesare Battisti quitte la prison de Brasilia le 8 juin 2011, après que la Cour suprême brésilienne a soutenu la décision de l'ancien président Lula da Silva de ne pas l'extrader vers l'Italie. Ricardo Moraes, Reuters

Le président brésilien Michel Temer a signé vendredi l'acte d'extradition de l'ex-militant italien d'extrême gauche Cesare Battisti, condamné dans son pays pour quatre homicides. Mais celui-ci est introuvable.

PUBLICITÉ

Nouveau rebondissement dans l’affaire Battisti. Le président brésilien Michel Temer a signé vendredi 14 décembre l'acte d'extradition de l'ancien militant italien d'extrême gauche. 24 heures plus tôt, un juge de la Cour suprême avait ordonné l’arrestation de l'Italien de 63 ans en vue de son extradition vers son pays d'origine. Mais ce dernier était introuvable.

Cesare Battisti, qui est donc recherché par les autorités locales, est réclamé par la justice italienne après une condamnation par contumace pour quatre homicides.

Un mandat de détention préventive a été émis jeudi soir par le juge Luiz Fux, pour éviter "une quelconque tentative de fuite" face à une éventuelle extradition.

Paradoxalement, ce même magistrat avait pris il y a un an une décision favorable à Cesare Battisti, empêchant toute extradition avant que la Cour suprême ne statue sur son cas en séance plénière.

Mais depuis, la situation politique du Brésil a changé, avec l'élection fin octobre à la présidence du candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro, qui prendra ses fonctions le 1er janvier. Ce dernier a réitéré à plusieurs reprises son intention de livrer à l'Italie celui qu'il qualifie de "terroriste".

"Comptez sur nous !", a encore lancé vendredi matin sur son compte Twitter le président élu à l'adresse du ministre de l'Intérieur et vice-Premier ministre italien, Matteo Salvini.

Condamné à la réclusion à perpétuité

Aujourd'hui reconverti en auteur de romans policiers, Cesare Battisti vit au Brésil depuis 2004. Selon des médias locaux, les policiers n'ont trouvé personne dans sa maison vendredi matin. À 19 h, heure locale (21 h GMT), il n'avait toujours pas été arrêté.

Peu avant l'annonce de la signature de l'acte d'extradition, la défense de l'ex-militant a présenté un recours devant la Cour suprême pour demander "une révision de la décision" du juge, a indiqué à l'AFP son avocat, Igor Sant'Anna Tamasauskas.

L'avocat a affirmé ne pas savoir où se trouvait son client, expliquant qu'il ne lui avait pas parlé depuis le mois de novembre.

Cesare Battisti a été condamné en 1993 à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970, lorsqu'il appartenait au groupe Prolétaires armés pour le communisme (PAC). Il clame aujourd'hui son innocence.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.