Accéder au contenu principal

Au Yémen, des affrontements signalés à Hodeïda malgré l'accord de cessez-le-feu

Des soldats des forces progouvernementales yéménites dans la banlieue d'Hodeïda, le 18 novembre 2018.
Des soldats des forces progouvernementales yéménites dans la banlieue d'Hodeïda, le 18 novembre 2018. AFP

Des affrontements ont eu lieu vendredi soir dans la ville portuaire d’Hodeïda. Un cessez-le-feu avait pourtant été conclu la veille par les belligérants lors de pourparlers en Suède.

PUBLICITÉ

Des combats ont éclaté vendredi 14 décembre dans la ville portuaire d’Hodeïda, à l’ouest du Yémen, malgré l’entrée en vigueur d'un cessez-le-feu conclu par les belligérants lors de pourparlers en Suède. Des habitants de la ville ont indiqué à l’AFP avoir entendu des tirs d’artillerie.

Les Nations unies avaient obtenu jeudi une trêve dans plusieurs régions dévastées du Yémen, pays au bord de la famine, à l'issue de consultations de paix en Suède.

>> À voir : "Le médiateur de l'ONU pour le Yémen se félicite de l'avancée des pourparlers"

Aux termes de cet accord âprement négocié, un cessez-le-feu "immédiat" est entré en vigueur à Hodeïda, principal front du conflit et port de la mer Rouge par lequel transite l'essentiel des aides humanitaires et des importations. Le retrait des combattants devrait lui intervenir dans les "prochains jours".

Assaut des forces progouvernementales

La ville de Hodeïda, contrôlée par les rebelles houthis, a été la cible d'un assaut des forces progouvernementales aidées par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, piliers d'une coalition militaire intervenue en 2015 pour aider le pouvoir au Yémen à lutter contre les rebelles.

Par l'intermédiaire de leur télévision al-Massira, les houthis, qui contrôlent notamment la capitale Sanaa, ont accusé vendredi les forces progouvernementales d'avoir tiré des obus sur des secteurs que les rebelles contrôlent dans la province de Hodeïda.

>> À lire : "Yémen : les houthis favorables à une 'zone neutre' pour le port d'Hodeïda"

Ils ont également accusé la coalition militaire dirigée par le royaume saoudien d'avoir lancé des raids aériens vendredi soir sur plusieurs régions de cette province.

L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, a réclamé vendredi au Conseil de sécurité le déploiement d'observateurs internationaux au plus vite dans la ville portuaire. "Permettre à l'ONU d'avoir un rôle dirigeant dans les ports est un premier pas vital. Nous devons voir cela arriver dans les jours qui viennent", a-t-il fait valoir.

Une résolution est attendue la semaine prochaine pour entériner les acquis obtenus lors des consultations organisées en Suède. Elle doit aussi formaliser la création d'un "régime de surveillance" confié à des observateurs de l'ONU à Hodeïda.

Selon des diplomates, 30 à 40 observateurs pourraient être déployés à Hodeïda, une ville où vivent environ 600 000 personnes.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.