Accéder au contenu principal

Au Yémen, de violents combats et des raids aériens à Hodeïda menacent la trêve

Des militants houthis à Hodeïda, le 10 décembre 2018.
Des militants houthis à Hodeïda, le 10 décembre 2018. Abduljabbar Zeyad, Reuters

Des raids aériens et de violents affrontements ont eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans la région de Hodeïda, dans l'ouest du Yémen, en dépit de la trêve conclue jeudi en Suède sous l'égide de l'ONU.

PUBLICITÉ

Malgré l’accord de cessez-le-feu, des combats et des raids aériens ont eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans la région de Hodeïda, dans l'ouest du YémenL'émissaire de l'ONU au Yémen Martin Griffiths a rapidement exhorté dimanche 16 décembre les belligérants yéménites à respecter l'accord de trêve.

Dans un tweet, Martin Griffiths l'émissaire a souligné "attendre des deux parties qu'elles respectent leurs obligations conformément au texte et à l'esprit de l'accord" annoncé jeudi en Suède "et qu'elles s'engagent à en appliquer immédiatement les dispositions". "Les Nations unies travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement yéménite et Ansarullah (rebelles Houthis) pour veiller à ce que les dispositions de l'accord de Hodeida soient mises en oeuvre en temps voulu et correctement", a ajouté M. Griffiths.

Au moins 29 combattants, dont 22 rebelles houthis, ont été tués dans ces combats, selon un responsable progouvernemental. Ce bilan n'a pu être confirmé de source indépendante à ce stade. Un habitant de Hodeïda, joint par téléphone, a pour sa part qualifié ces affrontements de "violents", ajoutant que le bruit d'avions survolant la ville avait été entendu toute la nuit.

Sept rebelles ont été capturés lors d'une offensive des houthis contre la localité d'Al-Douraihimi, à environ 20 kilomètres au sud de Hodeïda, a encore affirmé le responsable progouvernemental.

>> À voir : "Le médiateur de l'ONU pour le Yémen se félicite de l'avancée des pourparlers"

L'agence de presse Saba contrôlée par les houthis a de son côté affirmé que l'aviation de la coalition menée par l'Arabie saoudite poursuivait dimanche ses raids aériens dans la province de Hodeïda.

Elle a accusé les forces progouvernementales d'avoir bombardé samedi soir des quartiers résidentiels de ce port stratégique sur la mer Rouge, qui est le principal front du conflit depuis plusieurs mois.

Rendant compte de sa médiation devant le Conseil de sécurité des Nations unies, l'émissaire de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, a souligné vendredi qu'il était nécessaire de mettre rapidement en place un système de surveillance de cette trêve.

"Un régime de contrôle solide et efficace est plus qu'essentiel. Il doit être mis en œuvre de toute urgence, comme l'attendent les deux parties", a-t-il dit aux quinze membres du Conseil de sécurité, qui devront approuver dans une résolution le déploiement d'observateurs.

>> À lire : "Yémen : les houthis favorables à une 'zone neutre' pour le port d'Hodeïda"

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.