Accéder au contenu principal

Des manifestations entachées de heurts à Bruxelles contre le Pacte de Marrakech

La manifestation contre le Pacte de Marrakech à Bruxelles a été marquée par des heurts avec les forces de l'ordre, le 16 décembre.
La manifestation contre le Pacte de Marrakech à Bruxelles a été marquée par des heurts avec les forces de l'ordre, le 16 décembre. Jonas Roosens, AFP

Quelque 5 000 personnes ont défilé dimanche à Bruxelles pour dénoncer le Pacte de l'ONU sur les migrations. Le rassemblement organisé par un collectif d'organisations d'extrême droite a été marqué par des heurts avec la police.

PUBLICITÉ

"Notre peuple d'abord", "Nous en avons marre, frontières fermées", pouvait-on lire sur des pancartes des manifestants venus protester contre le Pacte de l'ONU sur les migrations, dimanche 16 décembre, dans les rues de Bruxelles. Au cours du rassemblement baptisé "Marche contre Marrakech", en référence à la ville marocaine où a été formellement approuvé le texte controversé lundi par plus de 150 pays dont la Belgique, des slogans ont appelé à la démission du Premier ministre belge Charles Michel.

Après un début dans le calme, des manifestants ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre et commis des dégradations, notamment sur des façades de bâtiments de l'Union européenne. La police a répliqué en faisant usage de gaz lacrymogènes et de lances à eau pour disperser les fauteurs de troubles.

La manifestation était notamment soutenue par les jeunes du Vlaams Belang (extrême droite) et une dizaine d'autres organisations de la mouvance identitaire, principalement flamande.

Le pacte mondial sur les migrations recense des principes, comme la défense des droits de l'homme et des enfants ou l'intégration des migrants. Il prône l'interdiction des détentions arbitraires, n'autorisant les arrestations qu'en dernier recours. Ses détracteurs le voient comme un encouragement à un flux migratoire incontrôlé.

"Les jeunes du Vlaams Belang veulent exister depuis la démission du gouvernement des nationalistes de la de la N-VA"

>> À lire aussi : Pacte mondial sur les migrations : ce que contient vraiment le texte

Crise au sein du gouvernement belge

Malgré son caractère non contraignant, il a provoqué une crise au sein du gouvernement belge. Dimanche dernier, les ministres nationalistes flamands de la N-VA ont quitté le gouvernement dirigé par le libéral francophone Charles Michel, car ils refusaient de s'associer au soutien de la Belgique à ce texte.

Charles Michel est désormais à la tête d'un gouvernement sans majorité au Parlement. Et plusieurs partis d'opposition ont réclamé un vote de confiance à la Chambre des députés pour juger de la capacité du gouvernement à poursuivre son travail.

Une contre-manifestation, organisée par un collectif d'organisations appelant à ne pas stigmatiser les migrants, a réuni de son côté un millier de participants dans un autre quartier de Bruxelles, toujours selon la police.

Ces manifestations avaient d'abord été interdites par les autorités bruxelloises, une décision rare liée à des craintes d'affrontements. Mais le Conseil d'État belge avait annulé cette interdiction, jugeant que les motifs invoqués n'étaient pas "suffisants" pour restreindre la liberté de manifester.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.