Wall Street, inquiète de la croissance américaine, finit en forte baisse

Publicité

New York (AFP)

Wall Street a terminé en forte baisse lundi, victime d'inquiétudes croissantes des investisseurs quant à un ralentissement de la croissance américaine, à deux jours d'une décision importante de la banque centrale des Etats-Unis sur ses taux.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 2,11% pour terminer à 23.592,98 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a reculé de 2,27%, à 6.753,73 points.

L'indice S&P 500 a cédé 2,08%, à 2.545,94 points.

Avec le recul subi par le Nasdaq lundi, les trois principaux indices de Wall Street s'inscrivent désormais en baisse sur l'ensemble de l'année et le S&P 500 a fini par la même occasion a son plus bas niveau depuis octobre 2017.

"L'oeil du cyclone des inquiétudes vient de la crainte que la croissance américaine ne ralentisse l'an prochain", a observé Karl Haeling, de LBBW.

Cette crainte a précipité la chute des marchés la semaine dernière et a de nouveau fait plonger les indices lundi alors que deux indicateurs américains, l'activité manufacturière dans la région de New York et l'humeur des constructeurs immobiliers ont déçu les observateurs.

De plus, certaines entreprises ont subi de fortes pressions pour des raisons très précises: Goldman Sachs (-2,76%) est sous le coup de poursuites pénales de la Malaisie dans le scandale financier 1MDB et Johnson & Johnson (-2,90%) continue à souffrir d'informations de presse l'accusant d'avoir délibérément caché pendant plusieurs décennies que son talc contenait parfois de l'amiante.

Par ailleurs, des propos plutôt pessimistes d'un professionnel du marché très respecté à Wall Street, Jeffrey Gundlach, à la chaîne de télévision américaine CNBC, ont aggravé la déprime des courtiers, d'après plusieurs observateurs.

"Je suis assez convaincu qu'il s'agit d'un marché déprimé", a confié M. Gundlach, au moment où les investisseurs scrutent chaque signe permettant de dire si un rebond des indices est à attendre à l'issue d'une fin d'année particulièrement chaotique à Wall Street.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à dix ans des Etats-Unis évoluait à 2,855%, contre 2,890% vendredi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,114%, contre 3,143% en fin de semaine dernière.