Accéder au contenu principal

Maroc : la "piste terroriste" envisagée après le meurtre de deux touristes scandinaves

Une photographie, prise le 18 décembre 2018, montre les montagnes proches du village touristique d'Imlil, dans le Haut Atlas.
Une photographie, prise le 18 décembre 2018, montre les montagnes proches du village touristique d'Imlil, dans le Haut Atlas. Fadel Senna, AFP

La "piste terroriste" est désormais envisagée par les autorités marocaines dans le double-meurtre, lundi, de deux touristes scandinaves âgées de 24 et 28 ans dans une vallée du Haut Atlas, une région touristique du sud du Maroc.

PUBLICITÉ

Les services de renseignement danois (PET) ont indiqué, jeudi 20 décembre, analyser une vidéo qui pourrait montrer le meurtre macabre de l'une des deux jeunes Scandinaves tuées dans le sud du Maroc.

Le PET "et la Police nationale danoise sont en train d'analyser la vidéo et ne sont actuellement pas en mesure de faire d'autres commentaires sur son authenticité", ont indiqué les autorités dans un communiqué. "Les autorités danoises sont en contact étroit avec les autorités marocaines", a précisé le PET.

Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans, et son amie norvégienne, Maren Ueland, 28 ans, étaient parties en voyage ensemble pour un mois au Maroc, selon les informations données par leurs proches à la presse de leur pays respectif. Les corps de ces deux touristes ont été découverts près du site de Chamharouche, à proximité du village d'Imlil, selon un communiqué du Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) publié par le ministère de l'Intérieur.

Les autorités marocaines ont envisagé une "piste terroriste". "La piste radicale islamiste n'est pas écartée, du fait du profil du suspect arrêté et des trois hommes recherchés (...) qui ont des liens avec le milieu islamiste radical", a par ailleurs confié à l'AFP une source proche du dossier. Le suspect en question a été interpellé mardi à Marrakech, la capitale touristique du Maroc situé au pied de l'Atlas, et placé en garde à vue.

"Les trois (hommes) ont été identifiés et sont activement recherchés par tous les services sécuritaires", a précisé Boubker Sabik, le porte-parole de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). L'un des trois a un "passé judiciaire lié à des actes terroristes", a précisé la source proche du dossier.

"Les filles avaient pris toutes les précautions"

Après leur découverte, les corps portaient des "traces de violence à l'arme blanche" sur le cou, avaient indiqué lundi les autorités locales dans un communiqué. Il n'a pas été possible d'avoir plus d'informations auprès des autorités, l'enquête judiciaire étant en cours.

Selon un hôtelier joint par l'AFP, les deux corps ont été trouvés "l'un à l'intérieur d'une tente, l'autre à l'extérieur". Les parents des victimes ont été prévenus dans la soirée de lundi dans leurs pays respectifs. Louisa "s'est fait trancher la gorge", a affirmé sa mère Helle Petersen, citée par le journal danois B.T.

Sa famille lui avait déconseillé de se rendre au Maroc "à cause de la situation chaotique", a-t-elle précisé. Selon les informations de sa page Facebook, Louisa étudiait en Norvège pour être guide et était avide d'aventures. La page Facebook de sa mère montre des photographies d'une jeune fille

"Les filles avaient pris toutes les précautions avant de s'embarquer pour ce voyage", a témoigné la mère de Maren Ueland, Irene Ueland, à la radiotélévision norvégienne NRK.

Un important dispositif de sécurité était toujours déployé mardi autour du village berbère d'Imlil qui sert de camp de base pour les randonneurs, a constaté l'AFP. Dans la matinée, la police scientifique marocaine a quadrillé le site de Chamharouche, selon des photographies diffusées par la télévision marocaine 2M.ma.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.