Accéder au contenu principal

Visé par un nouveau mandat d'arrêt, Carlos Ghosn reste en prison au Japon

Carlos Ghosn a été arrêté le 19 novembre 2018 par les autorités japonaises.
Carlos Ghosn a été arrêté le 19 novembre 2018 par les autorités japonaises. Behrouz Mehri, AFP

Carlos Ghosn reste en prison : le patron de Renault est visé par un nouveau mandat d'arrêt au Japon. Le parquet lui reproche d'avoir "imputé sur les comptes de la société des pertes d'investissements personnels".

Publicité

Nouveau rebondissement judiciaire au Japon. Carlos Ghosn a fait vendredi 21 décembre l'objet d'un troisième mandat d'arrêt sur des charges supplémentaires, anéantissant ses espoirs d'une libération immédiate.

L'arrestation du PDG de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, le 19ˆnovembre à Tokyo, avait fait l'effet d'un coup de tonnerre, sa longue garde à vue avait ensuite étonné à l'étranger et le système judiciaire japonais s'était retrouvé sous le feu des critiques.

Les médias avaient annoncé qu'il resterait sous les verrous jusqu'à la fin de l'année, voire au-delà, mais le tribunal a désavoué jeudi le parquet, refusant d'étendre la garde à vue du dirigeant de 64 ans et rejetant ensuite l'appel des procureurs. Une libération sous caution semblait alors imminente, mais c'était sans compter sur la ténacité du parquet, furieux selon les médias d'avoir été désavoué la veille.

48 heures supplémentaires

Le bureau des procureurs a ainsi décidé de l'arrêter de nouveau, ce qui lui donne 48 heures supplémentaires pour l'interroger sur de nouvelles charges, d'abus de confiance cette fois. La durée de cette garde à vue peut néanmoins être encore étendue.

Selon un communiqué, Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir "failli à sa fonction de PDG et d'avoir causé un préjudice à Nissan". Concrètement, le parquet lui reproche d'avoir "imputé sur les comptes de la société des pertes d'investissements personnels", ce qu'il nie selon la chaîne de télévision publique NHK.

>> À lire sur France 24 : "Hiroto Saikawa, le loyal lieutenant de Nissan perçu en France comme le 'Brutus' de Carlos Ghosn"

Pour lors, le dirigeant franco-libano-brésilien a été inculpé le 10 décembre pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières environ 5 milliards de yens (39,2 millions d'euros) de revenus sur cinq années, de 2010 à 2015. Son bras droit Greg Kelly, arrêté en même temps que lui, a aussi été mis en examen. Les deux hommes sont également soupçonnés de minoration d'émoluments sur la période 2015-2018, pour un montant de 4 milliards de yens.

"Brutalité"

Au cours des auditions, Carlos Ghosn aurait reconnu avoir signé des documents mentionnant des paiements qu'il était censé percevoir au moment de quitter Nissan mais il assure, selon la presse, que ces montants n'étaient pas définitivement établis et n'avaient donc pas à être inclus dans les rapports publics de l'entreprise.

Greg Kelly ne fait pas, lui, l'objet d'un nouveau mandat d'arrêt et ses avocats ont déposé vendredi une demande de libération sous caution, a indiqué le tribunal de Tokyo.

Pour Carlos Ghosn, qui séjourne actuellement dans une petite cellule d'un centre de détention de Tokyo, c'est une troisième étape qui s'ouvre sur le front judiciaire. Un imbroglio qui risque d'alimenter les critiques sur la justice nippone.

"Le système pénal japonais a été révélé au grand jour à l'étranger. Ce n'est pas forcément la meilleure face du Japon, ce n'est pas bon pour le monde des affaires", a commenté pour l'AFP Me Lionel Vincent, avocat du barreau de Tokyo. "Les dirigeants étrangers sont surpris de la brutalité de la procédure et craignent à tort d'être pris au piège de règles qu'ils ne connaissent pas et d'un système qu'ils ne maîtrisent pas", a-t-il ajouté.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.