Accéder au contenu principal

États-Unis : le "shutdown" devrait durer au moins jusqu'au 27 décembre

Le Capitole, siège du Congrès américain, à Washington.
Le Capitole, siège du Congrès américain, à Washington. Saul Loeb, AFP

Faute d'accord entre le Congrès américain et la Maison Blanche sur le financement du mur frontalier réclamé par le président Trump, le "shutdown", la fermeture partielle des administrations fédérales, a démarré samedi à minuit.

PUBLICITÉ

Les États-Unis sont entrés samedi 22 décembre en période de "shutdown" : après l'échec des tentatives de compromis entre le Congrès et la Maison Blanche sur le budget et le financement d'un mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump, les administrations fédérales sont partiellement paralysées.

Depuis samedi à minuit (6 h en France), le financement des administrations n'est plus assuré et ces dernières doivent dans les prochains jours réduire leurs activités. Des centaines de milliers de fonctionnaires devraient être placés en congé sans solde et des ministères comme la Sécurité intérieure, la Justice, l'Intérieur ou encore le département d'État devraient être perturbés.

Plus de 420 000 employés nécessaires au bon fonctionnement de l'État fédéral devraient continuer de travailler sans être payés aux échéances habituelles.

>> À voir, le webdocumentaire de France 24 : "L'Amérique au pied du mur"

Malgré d'ultimes tractations, les parlementaires ne sont pas parvenus à sortir de l'impasse autour du financement de la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique. Les parlementaires du Sénat et de la Chambre des représentants ont remballé leurs affaires pour la soirée vendredi.

Le Sénat américain a mis fin à ses travaux, samedi, et sera de nouveau en session à partir de jeudi 27 décembre, alors même que les négociateurs continuent de rechercher une porte de sortie au "shutdown" partiel.

Le chef de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, a indiqué qu'il pourrait cependant convoquer le Sénat en session à tout moment dès qu'il y aurait un accord sur le financement des services gouvernementaux.

Majorité démocrate à la Chambre en janvier

Les positions des partis en présence ont semblé très éloignées ces derniers jours. D'un côté, le président républicain, qui a fait de la lutte contre l'immigration clandestine son cheval de bataille, a fait savoir qu'il n'apposerait pas sa signature sur une loi budgétaire ne comprenant pas une enveloppe de 5 milliards de dollars pour payer le mur.

De l'autre, les élus démocrates, qui ne veulent absolument pas de ce mur. "Vous n'aurez pas le mur aujourd'hui, ni la semaine prochaine, ni le 3 janvier, quand les démocrates prendront le contrôle de la Chambre", a déclaré vendredi au Sénat le chef de file des démocrates, Chuck Schumer.

Le président américain s'était préparé à l'éventualité de ce shutdown. "J'ai annulé mon voyage à bord d'Air Force One en Floride pendant que nous attendons de voir si les démocrates vont nous aider à protéger la Frontière Sud de l'Amérique", a-t-il tweeté vendredi en début de soirée.

Pour essayer de convaincre les parlementaires, Donald Trump s'est fendu d'une comparaison audacieuse vendredi matin. "Les démocrates essaient de minimiser le concept du mur, le qualifiant de dépassé. Mais le fait est que rien d'autre ne marchera, et cela est le cas depuis des milliers d'années. C'est comme la roue, il n'y a rien de mieux", a-t-il tweeté.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.