Accéder au contenu principal

Somalie : double attentat meurtrier près du palais présidentiel à Mogadiscio

Une précédente attaque à la voiture piégée à Mogadiscio, le 16 décembre 2018.
Une précédente attaque à la voiture piégée à Mogadiscio, le 16 décembre 2018. AFP (Archive)

Une double attaque à la voiture piégée, revendiquée par les islamistes shebab affiliés à Al-Qaïda, a fait au moins sept morts, samedi, à proximité du palais présidentiel à Mogadiscio en Somalie.

Publicité

Au moins sept personnes ont été tuées samedi 22 décembre à proximité du palais présidentiel de Mogadiscio en Somalie, dans un double attentat à la voiture piégée revendiqué par les islamistes somaliens Shebab, a appris l'AFP de source policière.

"Nous avons confirmé la mort de sept personnes dans les deux explosions et au moins dix autres personnes ont été blessées", a déclaré à l'AFP Ibrahim Mohamed, un responsable de la police locale. Le bilan est susceptible de s'alourdir, a précisé un commandant de la police somalienne à Reuters. De son côté l'agence de presse britannique donne un bilan de treize morts, parmi lesquels des civils et des soldats, ainsi que de dix-sept personnes blessées pour les deux explosions, d'après Mohamed Hussein, un commandant de plolice.

>> À lire sur France 24 : "En Somalie, l'arrestation d'un ex-chef jihadiste repenti fragilise les espoirs de paix"

Parmi les victimes figurent un journaliste de nationalité somalienne et britannique, Awil Dahir, deux agents de sécurité et un chauffeur qui travaillaient pour la chaîne de télévision somalienne Universal TV basée à Londres.

Le palais présidentiel pris pour cible

La première explosion a eu lieu à un point de contrôle à côté du théâtre national, lui-même situé à quelque 500 mètres du palais présidentiel. La deuxième explosion, plus puissante selon des témoins, a frappé un carrefour situé à proximité, quelques minutes plus tard.

Des témoins ont assuré qu'un haut responsable du gouvernement de la région de Banadir, qui englobe Mogadiscio, a été blessé dans la seconde explosion. "Il a été légèrement blessé, mais plusieurs de ses gardes de sécurité sont morts", a soutenu un témoin, Osman Fahiye.

Le double attentat a été revendiqué par les islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda, qui ont indiqué dans un communiqué avoir visé "un point de contrôle sécuritaire qui protégeait le palais présidentiel".

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.