Accéder au contenu principal

Liban, Tunisie, Burkina Faso… les Gilets jaunes font des émules à travers le monde

Manifestation contre le coût de la vie à Tel Aviv, le 14 décembre 2018.
Manifestation contre le coût de la vie à Tel Aviv, le 14 décembre 2018. Jack Guez, AFP

Le mouvement des Gilets jaunes contre la vie chère, qui semble s’essouffler en France, s’est exporté dans de nombreux pays depuis la fin novembre. Au Liban et en Israël, des manifestations ont eu lieu ce week-end.

Publicité

Liban

Dimanche 23 décembre, à la veille de Noël, des centaines de Libanais, certains arborant des gilets jaunes, ont manifesté à Beyrouth contre la corruption qui gangrène les institutions et la défaillance des services publics. Rassemblés devant le bureau du Premier ministre Saad Hariri, dans le centre de Beyrouth, les manifestants ont réclamé des réformes politiques pour ce pays où les divergences entre partis empêchent depuis sept mois la formation d'un gouvernement.

Le quotidien libanais l’Orient-Le-Jour signale que, comme en France, le mot d’ordre de la mobilisation a été relayé par les réseaux sociaux, et non par des partis politiques. "Dépourvu d’objectifs précis et d’un plan d’action permettant de réaliser des revendications jetées pêle-mêle, cette grogne populaire semble être à première vue éphémère, la place publique étant devenue, quelques heures durant, un défouloir libérateur de tensions accumulées", écrit le journal.

Israël

Imitant la contestation française, et suite à un appel sur les réseaux sociaux, des centaines de manifestants ont protesté le 14 et le 22 décembre à Tel Aviv contre l’augmentation du coût de la vie.

Les Israéliens ont appris en décembre que les prix des produits alimentaires, de l’électricité, de l’eau ou encore des abonnements téléphoniques, mais aussi les impôts locaux allaient augmenter l’année prochaine, sous l’effet de l’affaiblissement du shekel, la monnaie nationale, par rapport au dollar et à l’euro.

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, a annoncé la création d’une commission chargée de trouver des solutions.

Égypte

Craignant une contagion contestataire venue de France, les autorités égyptiennes ont restreint de manière informelle dès la mi-décembre la vente des gilets jaunes, selon plusieurs commerçants. L’avocat alexandrin Mohamed Ramadan, qui avait publié une vidéo où il portait un gilet jaune en solidarité avec le mouvement français, a même été arrêté "pour une détention de quinze jours", selon le site égyptien Mada Masr cité par Courrier international.

Les autorités craignent d’autant plus une contagion à l’approche de la date anniversaire du soulèvement populaire ayant conduit à la chute d’Hosni Moubarak, initié le 25 janvier 2011.

Tunisie

En référence à la couleur de leur drapeau, un groupe de Tunisiens a appelé le 14 décembre à une mobilisation de "gilets rouges" pour réclamer "une vie digne pour les retraités, une véritable stratégie pour l’emploi, une augmentation du Smic à 600 dinars [178 euros contre 450 dinars actuellement] et une diminution des prix de première nécessité", rapporte Libération. Aucune date n’a encore été communiquée pour la mobilisation.

>> À lire : heurts avec la police en Tunisie après l'immolation par le feu d'un journaliste

La police a saisi 48 000 gilets jaunes et 200 gilets rouges à Sfax à la même période, continue le journal, et des commerçants tunisiens affirment que les ventes de gilets ont été restreintes. Comme en Égypte, les autorités craignent une contagion du mouvement des gilets jaunes avant le huitième anniversaire de la révolte de 2011, qui doit avoir lieu le 14 janvier.

Irak

“Nous sommes les premiers à avoir arboré [des gilets jaunes], dès 2015, quand nous voulions signifier que nous étions des éboueurs venus pour enlever les détritus politiques.” Selon le quotidien irakien Al-Mada, repris par Courrier international, des centaines de manifestants ont protesté le 4 décembre à Bassorah, la grande ville du sud de l’Irak, pour "réclamer des services publics", notamment pour un meilleur accès à l’électricité et à l’eau.

Belgique

Ils étaient plus d’un millier de manifestants à Bruxelles, le 8 décembre. En Wallonie, région francophone de la Belgique, le mouvement des Gilets jaunes a fait des émules dès le début de la contestation en France. Comme chez leurs voisins, ils revendiquent plus de justice sociale et une revalorisation du pouvoir d’achat.

Des violences ont également éclaté. Le 8 décembre, les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes et utilisé des canons à eau pour disperser les manifestants, et 4 00 personnes ont été arrêtées.

Pays-Bas

Depuis le 1er décembre, les Pays-Bas connaissent aussi leur émanation des Gilets jaunes, avec quelques centaines de personnes réunies à Amsterdam, la Haye et, le 15 décembre, à Rotterdam, pour réclamer la démission du Premier ministre de droite libérale, Mark Rutte.

"Le fossé entre les plus riches et les plus pauvres est de plus en plus grand. Je touche une pension de 640 euros par mois et je dois vivre avec ça, payer mon loyer. Pour me nourrir, je suis obligé d'aller à la banque alimentaire", a déclaré à RFI un retraité qui a manifesté.

Burkina Faso

Le 29 novembre, quelques 3 000 burkinabé, selon le site d’informations Afriquesur7, se sont réunies à Ouagadougou pour dénoncer l’augmentation du prix du carburant, à l’appel de la coalition nationale de lutte contre la vie chère. La plupart avaient opté pour la chemise rouge à la place du gilet jaune. Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat Harouna Kaboré avait estimé les revendications "légitimes". "Nous nous battons tous pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et de toute la population", avait-il affirmé.

Le mouvement n’a plus organisé de manifestations d’envergure dans le pays depuis.

Centrafrique

Le 10 décembre, une vingtaine de manifestants arborant des gilets jaunes se sont réunis pour dénoncer la remise d’armes par la France à la Centrafrique, à l’occasion de la visite de la ministre des Armées Florence Parly.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.