Accéder au contenu principal

Non-lieu en France sur l'attentat qui a déclenché le génocide rwandais

Agathe Habyarimana, veuve du président rwandais, Juvénal Habyarimana, dont la mort a déclenché le génocide de 1994. Kigali considère que l'ex-première dame est en partie responsable de la tragédie qui a frappé le Rwanda.
Agathe Habyarimana, veuve du président rwandais, Juvénal Habyarimana, dont la mort a déclenché le génocide de 1994. Kigali considère que l'ex-première dame est en partie responsable de la tragédie qui a frappé le Rwanda. Bertrand Guay, AFP

Les juges d'instruction chargés de l'enquête sur l'attentat qui a coûté la vie au président rwandais, Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994 ont rendu une ordonnance de non-lieu. Un appel a été interjeté.

PUBLICITÉ

Il n'y aura pas de procès faute de "charges suffisantes". Les juges d'instruction français ont rendu une ordonnance de non-lieu dans l'enquête sur l'attentat contre le président rwandais, Juvénal Habyarimana, épisode déclencheur du génocide de 1994, a-t-on appris mercredi 26 décembre.

Les juges ont suivi les réquisitions du parquet de Paris, réclamant en octobre l'abandon des poursuites contre des proches de l'actuel président rwandais, Paul Kagame, qui risquaient d'être renvoyés devant une cour d'assises. Dans cette ordonnance rendue le 21 décembre, les magistrats expliquent prendre cette décision "en l'absence de charges suffisantes", a précisé la source judiciaire.

L'information judiciaire avait initialement été ouverte pour "assassinat et complicité d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste", ainsi que pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme".

"Il faut interpréter cette décision des juges français comme une forme de résignation face à un contexte politique contre lequel le ministère public n'a pas su lutter. Les autorités rwandaises n'ont jamais cherché à apporter leur concours à la manifestation de la vérité", a réagi auprès de l'AFP Me Philippe Meilhac, avocat de la veuve de l'ex-président, Agathe Habyarimana. Ce dernier a également annoncé que les parties civiles avaient fait appel de cette ordonnance.

Me Philippe Meilhac, avocat de la veuve Juvénal Habyarimana

Un dossier qui empoisonne les relations entre Paris et Kigali depuis vingt ans

Depuis plus de vingt ans, ce dossier empoisonne les relations entre Paris et Kigali, sur fond de débat sur les responsabilités françaises à l'époque du génocide.

Le 6 avril 1994, l'avion de Juvénal Habyarimana, un Hutu, avait été abattu en phase d'atterrissage à Kigali par au moins un missile. Cet attentat est considéré comme l'événement déclencheur du génocide qui fit 800 000 morts selon l'ONU, principalement dans la minorité tutsi. La recherche des auteurs de cette attaque a été au coeur de la quête judiciaire française, particulièrement complexe.

En France, une information judiciaire avait été ouverte en 1998 après la plainte des familles de l'équipage, composé de Français. Le premier juge saisi, Jean-Louis Bruguière, avait privilégié l'hypothèse d'un attentat commis par des soldats de l'ex-rébellion tutsi du Front patriotique rwandais (FPR), dirigé par Paul Kagame, devenu président en 2000.

Les relations diplomatiques entre les deux pays avaient été rompues quand le juge avait émis en 2006 neuf mandats d'arrêts contre des proches de Kagame. Elles s'étaient renouées trois ans plus tard.

Au Rwanda, une commission d'enquête avait imputé en 2009 la responsabilité de l'attentat aux extrémistes hutu qui se seraient ainsi débarrassés d'un président jugé trop modéré.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.