Accéder au contenu principal

Tsunami indonésien : le niveau d’alerte du volcan Anak Krakatoa relevé

L'Anak crachait toujours des nuages de cendres alors que des nuées ardentes dévalaient ses pentes, le 27 décembre 2018.
L'Anak crachait toujours des nuages de cendres alors que des nuées ardentes dévalaient ses pentes, le 27 décembre 2018. AFP

Les autorités ont relevé jeudi le niveau d'alerte du volcan à l'origine du tsunami ayant fait au moins 430 morts en Indonésie. Tous les avions sont priés d'éviter la zone. Plus d'une centaine de personnes sont toujours portées disparues.

Publicité

L'Indonésie a relevé le niveau d'alerte, jeudi 27 décembre, concernant le volcan qui a généré un tsunami dans le détroit de la Sonde, et dont l'activité pourrait engendrer une nouvelle vague meurtrière. Les autorités ont porté le niveau d'alerte du volcan à "élevé", soit le deuxième niveau le plus important, et l'aviation civile a demandé à tous les avions d'éviter la zone. "Nous avons relevé le niveau d'alerte en raison d'un changement des caractéristiques de l'éruption", a déclaré jeudi à l'AFP un responsable de l'Observatoire du Krakatoa, Kus Hendratno.

Les autorités ont également élargi à cinq kilomètres le rayon de la zone interdite autour de l'Anak Krakatoa, "l'enfant" du légendaire volcan Krakatoa. Elles ont exhorté les habitants à se tenir à l'écart du littoral, après le raz-de-marée qui a soudainement frappé samedi soir les rivages du détroit entre les îles de Sumatra et de Java.

>> À lire aussi : Tsunami indonésien : les secours tentent d’atteindre les zones reculées

D'après les experts, cette tragédie a été consécutive à une éruption modérée qui a provoqué un effondrement sous-marin d'une partie du volcan et le déplacement de masses d'eau. Un dernier bilan fait état de 430 morts, 1 495 blessés et 159 disparus.

Nuages de cendres

Jeudi, l'Anak crachait toujours des nuages de cendres alors que des nuées ardentes dévalaient ses pentes. D'où le risque accru pour les bateaux naviguant dans ses parages. Les nuées ardentes ne posent en elles-mêmes aucun risque pour les villes de la région car le volcan est une île au beau milieu du détroit, éloignée des centres de population.

Mais le changement du niveau d'alerte a ravivé la crainte chez les habitants, déjà effrayés à l'idée de retourner chez eux. L'évacuation a concerné près de 22 000 personnes à la suite du tsunami. Elles sont hébergées dans des abris d'urgence.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.