Accéder au contenu principal

Le G7 présidé par la France en 2019 : quelles conséquences ?

Emmanuel Macron lors de la traditionnelle "photo de famille" du G7 à La Malbaie, au Québec, le 9 juin 2018.
Emmanuel Macron lors de la traditionnelle "photo de famille" du G7 à La Malbaie, au Québec, le 9 juin 2018. Ludovic Marin, AFP

En 2019, la France présidera pour la 7e fois le sommet des sept pays "les plus riches" du monde, à Biarritz. Le principal enjeu sera de fédérer les dirigeants présents autour des thèmes choisis, en dépit des conflits d'intérêts nationaux.

PUBLICITÉ

Le 1er janvier 2019, le Canada passera la main à la France pour la présidence du G7. La conséquence la plus évidente de cette présidence française est déjà connue : l’édition 2019 du G7 se tiendra du 24 au 26 août en France, à Biarritz. "Le G7 n’a pas de contraintes, seulement des coutumes, et l’une d’elle est que la présidence du G7 assure l’organisation et l’agenda", explique à France 24 Bertrand Badie, professeur à Sciences-Po et spécialiste des relations internationales.

Groupe informel des sept pays "les plus riches" du monde, le G7 n'a, en effet, aucune existence juridique. Seul l’usage veut que la présidence annuelle tournante fournisse "les moyens nécessaires aux travaux du groupe". Ainsi, ce sera la septième fois, depuis 1975, que la France accueille le "Groupe des 7" sur son territoire.

Privilège de présider le G7 : décider des grands axes du sommet. Toutefois, selon Bertrand Badie, "les priorités du G7 sont le fruit d’une concertation entre les fameux sherpas du G7 (ces représentants personnels des dirigeants) dans les mois qui précèdent". Pour le spécialiste des relations internationales, "la présidence ne dispose pas de pouvoir absolu mais elle peut orienter et surtout se prévaloir de ce rôle afin de mettre à son crédit telle ou telle priorité".

Le 18 décembre dernier à Biarritz, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a ainsi posé "la lutte contre les inégalités" comme fil directeur des priorités de la présidence française (avec la lutte contre les inégalités de destin et les inégalités environnementales notamment). Un thème dans la continuité du discours d’Emmanuel Macron devant les Nations unies en septembre 2018 : "Certains ont choisi la loi du plus fort. Mais elle ne protège aucun peuple. Nous choisissons une autre voie : le multilatéralisme", avait déclaré le chef de l’État français à la tribune. Une ligne réaffirmée en novembre aux côtés d’Angela Merkel lors du premier Forum pour la Paix qui s'est tenu à Paris en marge des commémorations du centenaire de l'armistice.

Mais cette profession de foi répétée dans le multiculturalisme n’est pas sans contradictions avec le concept même de G7 : "Une communauté internationale de 193 pays réduite à 7, ce n’est pas du multiculturalisme mais du mini-latéralisme", estime Bertrand Badie.

"Donner une image optimale de ceux qui sont les oligarques du monde occidental"

Pourquoi, alors, y a-t-il toujours plus de sept dirigeants sur la traditionnelle "photo de famille" officielle des sommets ? "Il est de tradition de convier certains représentants d’organisations internationales comme le secrétaire général de l’ONU ou le président de la Commission européenne. De même, en marge des discussions du club fermé qu’est le G7, il est d’usage de convier ‘pour le café’ des pays ‘pauvres’ (africains notamment) et des ‘nouveaux riches’ comme la Chine ou l’Inde".

Pour le spécialiste des relations internationales, le G7, c’est avant tout beaucoup de "démonstration et d’affichage" avec un but : "donner une image optimale de ceux qui sont les oligarques du monde occidental".

Dans cette perspective, la mission du pays hôte consiste à "réunir tout le monde autour de la table" avant la publication "du fameux communiqué commun illisible et indigeste".

Un objectif qui est loin d’être acquis pour la présidence française après le fiasco du sommet de La Malbaie, au Canada, en juin dernier, au cours duquel le président américain avait retiré in extremis son soutien au communiqué final.

De fait, les conflits d’intérêts nationaux s’annoncent nombreux avec des membres comme les États-Unis de Donald Trump, l’Italie et son vice-Premier ministre d'extrême droite Matteo Salvini, la Grande-Bretagne en plein Brexit et le Japon qui vient de quitter la Commission baleinière internationale (CBI).

Bertrand Badie relativise toutefois en ironisant : "Rien ne pèse sur le G7… car le G7 ne pèse rien". S'ils n'ont pas toujours de répercussions concrètes, les échanges entre dirigeants de grandes puissances mondiales restent un rouage clé de la diplomatie. Et certains G7 (ou G8) ont débouché sur des initiatives concrètes : le Partenariat de Deauville lancé en 2011 suite aux "Printemps arabes", l’Initiative de Muskoka pour réduire la mortalité maternelle et infantile en 2010 ou encore, plus anciennement, la création de la Banque européenne de reconstruction et de développement en 1991.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.