Accéder au contenu principal

L’armée syrienne se déploie aux abords de Manbij à l’appel des Kurdes

Un panneau indiquant la ville de Manbij, située dans le nord de la Syrie, à 30 kilomètres de la frontière turque.
Un panneau indiquant la ville de Manbij, située dans le nord de la Syrie, à 30 kilomètres de la frontière turque. Khalil Ashawi, Reuters

L'armée syrienne a annoncé vendredi avoir pris position près de Manbij, ville clé du nord de la Syrie contrôlée par les Kurdes, peu après un appel des Kurdes de Syrie en ce sens.

PUBLICITÉ

C’est un revirement d’alliances dans le conflit syrien. Face aux menaces d'offensive turque, les rebelles kurdes Unités de protection du peuple (YPG) ont appelé vendredi 28 décembre le régime syrien à déployer ses troupes dans les régions qu'elles contrôlent dans le nord de la Syrie. Peu après, l'armée syrienne a pris position vendredi aux abords de Manbij, a annoncé son état-major.

Les forces gouvernementales syriennes ont, par ailleurs, promis dans un communiqué de "garantir la sécurité de tous les citoyens syriens présents à Manbij et de tous ceux qui s'y trouvent".

Jean-Sylvestre MONTGRENIER, chercheur à l’Institut français de géopolitique

Les troupes du régime de Damas n'ont pas pénétré à l'intérieur de la ville, où des conseillers militaires américains opèrent et disposent d'une base, ont rapporté un habitant et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Selon l'OSDH, les forces syriennes se sont déployées en lisière de Manbij, entre la ville et les zones sous influence turque.

Le commandement américain de la coalition internationale a également dit sur Twitter ne pas avoir vu les changements annoncés dans la ville de Manbij.

La récente décision de Donald Trump de retirer la totalité des 2 000 militaires américains présents sur le sol syrien a inquiété les combattants kurdes, qui luttent depuis des années contre les jihadistes de l'État islamique.

>> À lire : Retrait américain de Syrie : les Kurdes, inquiets, veulent le soutien de Paris

La Turquie qui considère les miliciens kurdes des YPG comme un groupe terroriste lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), avait menacé de lancer une offensive contre Manbij pour les chasser.

Le régime syrien multiplie les victoires

Face à ces menaces turques, les YPG, traditionnellement soutenus par Washington dans la lutte contre l’EI, ont appelé l’armée syrienne à prendre position aux abords Manbij.

La milice YPG assure que ses membres ont quitté la ville pour aller combattre les jihadistes de l'État islamique dans l'est du pays.

Vendredi, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré qu'Ankara n'aurait plus de raison d'intervenir à Manbij une fois que les "organisations terroristes" auraient quitté la ville. "Dans la situation actuelle, nous continuons de soutenir l'intégrité du territoire syrien. Ces zones appartiennent à la Syrie. Une fois que les organisations terroristes auront quitté la zone, nous n'aurons plus rien à faire là-bas", a-t-il dit à la presse après les prières du vendredi à Istanbul.

C’est la première fois en six ans que le régime de Damas retourne dans la région de Manbij. L'annonce du régime intervient au moment où il a le vent en poupe. Il multiplie les victoires militaires et semble en passe de briser son isolement diplomatique, comme le montre la réouverture jeudi à Damas de l'ambassade des Émirats arabes unis.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.