Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Martin Fayulu tend la main à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gaspard Gantzer : "Sur les carburants, le gouvernement doit continuer à expliquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Gaza : annonce d'un cessez le feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un monde à portée de main", le roman en trompe-l'œil de Maylis de Kerangal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

L'Arabie saoudite accroît investissements et influences en Bosnie

En savoir plus

Amériques

Woody Allen de nouveau accusé d'abus sexuels par sa fille adoptive Dylan Farrow

© AFP | Woody Allen lors de la présentation de son nouveau film "Wonder Wheel", le 17 novembre, au Musée d'art moderne de New York.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2018

Dans une interview à la chaîne CBS, Dylan Farrow, la fille adoptive de Woody Allen, accuse de nouveau le réalisateur new-yorkais d'abus sexuels. Ce dernier dément mais plusieurs acteurs disent désormais regretter avoir tourné avec lui.

Woody Allen avait jusqu'ici échappé aux foudres du mouvement #Metoo, qui a fait tomber ou ébranlé de nombreux acteurs et réalisateurs depuis les révélations contre le producteur Harvey Weinstein. Mais cette semaine, la tempête menace à son tour le plus célèbre des réalisateurs new-yorkais. Jeudi 18 janvier, sa fille adoptive Dylan Farrow doit donner une interview télévisée au cours de laquelle elle l’accuse de nouveau d'avoir abusé d'elle sexuellement quand elle avait 7 ans.

"Je dis la vérité et je pense que c'est important que les gens se rendent compte qu'une victime, une accusatrice, compte. Que cela suffit à changer les choses", a-t-elle déclaré dans les premiers extraits de cet entretien accordé à la chaîne CBS.

>> À lire : "Time's up", le projet des actrices d'Hollywood pour lutter contre le harcèlement sexuel

"Pourquoi ne serais-je pas en colère ? Pourquoi ne serais-je pas blessée ? Pourquoi ne serais-je pas scandalisée après toutes ces années où j'ai été ignorée, où on ne m'a pas crue ?", ajoute celle dont le frère journaliste, Ronan Farrow, a été à l’instigateur des révélations sur Weinstein.

Woody Allen a rejeté, jeudi 18 janvier, une nouvelle fois les accusations et accusé Dylan Farrow de "profiter cyniquement" du mouvement anti-harcèlement pour relancer "des allégations discréditées". "La première fois que cette accusation a été faite il y a plus de vingt-cinq ans, elle a fait l'objet d'une enquête complète" d'agences spécialisées dans la protection de l'enfance dans le Connecticut et à New York, souligne dans cette déclaration le réalisateur de 82 ans, qui n'a jamais été poursuivi.

Des acteurs se désolidarisent

Dylan Farrow, aujourd’hui âgée de 32 ans, accuse Woody Allen d’abus sexuels depuis 1992. Des accusations qui avaient coïncidé avec la révélation de sa relation avec la fille adoptive de Mia Farrow, Soon-Yi Previn, de 35 ans sa cadette. Ils se sont mariés depuis et ont deux filles adoptives.

Woody Allen a toujours démenti ces accusations, arguant que sa fille adoptive avait été poussée au mensonge par Mia Farrow lors de leur acrimonieux divorce. Mais le scandale n’a jamais complètement abandonné le cinéaste, sans toutefois l'empêcher de tourner.

>> À lire : Personnalité de l'année : Time distingue le mouvement #MeToo

Depuis les révélations de l’affaire Weinstein, plusieurs acteurs avec qui il a travaillé se sont toutefois désolidarisés du réalisateur. L'acteur franco-américain Timothée Chalamet, révélé ces derniers mois dans des films comme "Call Me by Your Name" ou "Lady Bird", déclarait sur son compte Instagram regretter d'avoir travaillé avec Woody Allen sur son nouveau film à sortir cette année, "A Rainy Day in New York".

"Si j'avais su"

"Je ne veux pas tirer profit de mon travail sur ce film", a souligné la nouvelle star de 22 ans, en annonçant faire don de son salaire pour ce film à trois associations d'aide aux victimes de harcèlement sexuel, dont "Time's Up", créée début janvier par un collectif de plus de 300 femmes de Hollywood. Le magazine spécialisé US Weekly a indiqué, mercredi, que la co-star de Chalamet dans "A Rainy Day in New York", Selena Gomez, avait elle aussi fait un don "important" à "Time's Up".

Peu après la cérémonie des Golden Globes début janvier, et à la suite de la publication d'une tribune de Dylan Farrow dans le Los Angeles Times, la réalisatrice de "Lady Bird", Greta Gerwig, qui a remporté le Golden Globe de la meilleure comédie, exprimait elle aussi ses regrets d'avoir joué dans son film de 2012, "To Rome with Love". "Si j'avais su alors ce que je sais aujourd'hui, je n'aurais pas joué dans ce film", a-t-elle confié au New York Times, en ajoutant qu'elle ne retravaillerait plus avec lui.

Avec AFP

Première publication : 18/01/2018

  • CINÉMA

    #Metoo : à Hollywood, la lutte contre les violences sexuelles s'invite aux Golden Globes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Personnalité de l'année : Time distingue le mouvement #MeToo

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le "dernier mot" de Woody Allen sur les accusations d'agression sexuelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)