ESPIONNAGE

Moscou ne veut pas échanger Paul Whelan, l'Américain arrêté pour espionnage

Paul Whelan, accusé par Moscou d'être un espion.
Paul Whelan, accusé par Moscou d'être un espion. Photo remise par la famille Whelan, AFP

La Russie n'a aucune intention d'échanger l'ancien Marine américain Paul Whelan, arrêté il y a une semaine à Moscou, et inculpé d’espionnage jeudi. Il risque une peine de 10 à 20 ans de prison.

Publicité

La Russie n'a aucune intention d'échanger l'ancien militaire américain Paul Whelan, arrêté il y a une semaine à Moscou sur des soupçons d'espionnage, rapporte samedi 5 janvier l'agence Interfax en citant le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

L'hypothèse selon laquelle l'ancien Marine aurait été arrêté en vue d'être échangé avec Maria Boutina – une jeune Russe détenue aux États-Unis pour avoir cherché à infiltrer des organisations américaines, dont la puissante National Rifle Association (NRA) – a été évoquée cette semaine par des responsables américains, notamment par Daniel Hoffman, ancien directeur de l'antenne de la CIA à Moscou. Cette dernière, inculpée pour "complot" en vue de "promouvoir les intérêts de la Russie", a plaidé coupable devant la justice américaine. Le Kremlin avait alors qualifié ces accusations d'"infondées".

"Je ne vois aucune raison de parler de cette affaire dans un contexte d'échanges", a déclaré Sergueï Riabkov. Les États-Unis ont réclamé mercredi la libération de l'ancien militaire, qui a notamment servi en Irak, et attendent des Russes des explications sur les raisons de son arrestation.

Un ressortissant russe arrêté au nord de l'île de Guam

Moscou a par ailleurs annoncé samedi qu'un ressortissant russe, Dmitri Makarenko, avait été arrêté par les autorités américaines le 29 décembre dans les îles Mariannes du Nord, au nord de l'île de Guam, au milieu du Pacifique, et transféré en Floride.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères russe dit attendre des explications de Washington.

>> À lire aussi : Paul Whelan, un touriste trop russophile pour être honnête ?

De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a mis en garde Moscou vendredi contre un "jeu d'échecs diplomatique", après l'inculpation pour "espionnage" de Paul Whelan, qui possède les nationalités américaine, britannique et irlandaise.

"Nous n'acceptons pas que des personnes soient utilisées dans un jeu d'échecs diplomatique", a déclaré le ministre sur la BBC. "Nous sommes tous très inquiets pour lui et sa famille", a-t-il ajouté.

Selon sa famille, Paul Whelan était à Moscou pour le mariage d'un Marine à la retraite et est innocent des accusations d'espionnage portées contre lui. Le code pénal russe prévoit pour les cas d'espionnage des peines allant de 10 à 20 ans de prison.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24