Accéder au contenu principal

Taïwan demande le soutien de la communauté internationale face à la Chine

La présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, est inquiète face aux dernières déclarations du président chinois Xi Jinping.
La présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, est inquiète face aux dernières déclarations du président chinois Xi Jinping. Sam Yeh, AFP

La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a appelé, samedi, la communauté internationale à soutenir l'île autonome face aux velléités de "réunification" du président chinois Xi Jinping.

PUBLICITÉ

"Nous espérons que la communauté internationale va prendre cela au sérieux et pourra nous soutenir et nous aider." Lors d'une conférence de presse samedi 5 janvier, la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, a demandé le soutien de la communauté internationale pour défendre les valeurs démocratiques et le mode de vie sur l'île, alors que Pékin a renouvelé ses menaces contre l'autonomie de celle-ci.

Les relations entre Pékin et Taipei se sont détériorées depuis la prise de fonction, en 2016, de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, favorable à une indépendance officielle de Taïwan, une demande considérée comme inacceptable par Pékin.

>> À voir aussi : "L'armée chinoise multiplie les manœuvres militaires autour de Taïwan"

Lors d'un discours mercredi 2 janvier, Xi Jinping a prôné des efforts destinés à une "réunification" pacifique avec l'île mais a prévenu que la Chine n'avait pas renoncé à l'usage de la force pour mettre Taïwan sous son contrôle.

"Un pays, deux systèmes" ?

En réponse, Tsai Ing-wen avait déclaré que Taïwan n'accepterait pas un accord politique du type "un pays, deux systèmes" et que les négociations devaient se faire de gouvernement à gouvernement.

La formule "un pays, deux systèmes" avait été employée par l'ancien dirigeant chinois Deng Xiaoping en 1997, en prévision de la rétrocession par le Royaume-Uni de Hong Kong à la Chine, pour expliquer que le territoire britannique pouvait réintégrer le giron communiste chinois en conservant son système capitaliste.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.