Accéder au contenu principal

Thaïlande : inondations et coupures de courant après le passage de Pabuk

Certains poteaux électriques sont couchés sur les routes depuis le passage de Pabuk.
Certains poteaux électriques sont couchés sur les routes depuis le passage de Pabuk. Lillian Suwanrumpha, AFP

Le passage de la tempête tropicale Pabuk en Thaïlande a provoqué, samedi, des inondations et des milliers de coupures de courant. Les îles touristiques du golfe ont relativement été épargnées.

PUBLICITÉ

Près de 30 000 personnes ont trouvé refuge dans des centres d'évacuation suite aux inondations et aux pannes de courant causées par le passage de la tempête Pabuk dans le sud de la Thaïlande. La tempête, la première à frapper le royaume depuis 30 ans, a entraîné des vents violents soufflant jusqu'à 75 km/h, des vagues de trois à cinq mètres de haut et des pluies torrentielles provoquant de nombreuses inondations.

Quatre morts et un disparu

Le bilan de la tempête depuis jeudi est monté à 4 morts et un disparu, avec le décès de deux hommes vendredi après-midi dans la province de Nakhon Si Thammarat. Selon la police, l'un, âgé de 35 ans, a été tué par la chute d'un arbre sur sa maison et l'autre, âgé de 46 ans, dans un accident de voiture alors que la chaussée était très glissante.

Plus tôt dans la matinée, un pêcheur de la province de Pattani, près de la frontière malaisienne, avait été emporté par des vagues de plusieurs mètres alors qu'il rentrait au port. Un autre membre de l'équipage est toujours porté disparu. Jeudi, un ressortissant russe s'était noyé à Koh Samui.

La tempête Pabuk a été rétrogradée samedi matin en dépression alors qu'elle s'est déplacée au-dessus de la mer d'Andaman, où se trouvent les stations touristiques de Krabi et de Phuket, avant de s'éloigner de la Thaïlande, a annoncé lors d'un point presse le centre météorologique thaïlandais.

L'œil de la tempête a évité de justesse vendredi après-midi Koh Samui, Koh Phangan et Koh Tao dans le golfe de Thaïlande, des îles très prisées des vacanciers à cette période.

Des centaines de touristes étaient toujours bloqués sur ces îles samedi matin alors que les ferrys sont restés à quai et que trois aéroports régionaux devraient rouvrir dans la journée. "Certains d'entre eux devraient quitter les lieux aujourd'hui avec la réouverture de l'aéroport et la reprise du service des ferrys", a indiqué à l'AFP le chef du district de Koh Samui, Kittipop Roddon. "À Samui, il n'y a pas de victimes à déplorer" et "seules quelques maisons ont été partiellement endommagées par le vent."

Les drapeaux rouges interdisant la baignade n'ont toutefois pas encore été retirés sur certaines plages.

"Tout est terminé. Les 10 000 touristes restés sur notre île sont en sécurité", a déclaré de son côté Krikkrai Songthanee, chef du district de Koh Phangan, réputée pour ses fêtes de pleine lune, ajoutant que les vents violents avaient causé des dégâts mineurs.

30 000 maisons toujours sans électricité

Les autorités thaïlandaises avaient émis de nombreux avertissements et ouvert de multiples abris, craignant des dégâts beaucoup plus importants.

Sur le continent, en raison de la chute d'arbres et de poteaux qui ont endommagé des lignes électriques, plus de 200 000 foyers ont été privés d'électricité dans quatre provinces, notamment celles de Nakon Si Thammarat et de Surat Thani, particulièrement touchées.

"Le courant n'est toujours pas rétabli dans quelque 30 000 foyers", d'après le département de la prévention et de l'atténuation des catastrophes.

>> À lire aussi : En Thaïlande, la tempête Pabuk bloque des centaines de touristes

De son côté, la société énergétique nationale PTT Exploration and Production Pcl, qui avait annoncé la suspension de ses activités à Bongkot et à Erawan, deux des plus grands gisements de gaz du pays dans le golfe de Thaïlande, a indiqué dans un communiqué "tabler sur une reprise de la production le 6 janvier".

Pabuk a déferlé sur le sud du royaume en pleine haute saison, une mauvaise nouvelle pour l'économie thaïlandaise fortement tributaire du tourisme. Le pays devrait accueillir un nombre record de 40 millions de visiteurs cette année, dont une majorité se rendent dans les stations balnéaires du sud.

En 1989, le typhon Gay, dernier phénomène météorologique majeur à avoir frappé la région à cette période de l'année, avait coûté la vie à des centaines de personnes.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.