Accéder au contenu principal

Joueur africain de l'année : Mohamed Salah, immense favori à sa propre succession

Mohamed Salah, artilleur en chef de Liverpool et des Pharaons d'Égypte.
Mohamed Salah, artilleur en chef de Liverpool et des Pharaons d'Égypte. Paul Ellis, AFP

Déjà élu meilleur joueur du continent l'an passé, l'Égyptien Mohamed Salah est le grand favori du scrutin du Joueur africain de l'année. Comme en 2018, il affronte le Sénégalais Sadio Mané et le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang en finale.

PUBLICITÉ

Mohamed Salah est-il en passe de réaliser un doublé historique ? Déjà sacré lors de l'édition précédente, l'attaquant égyptien de Liverpool fait figure de favori pour le titre de Joueur africain 2018, remis mardi à Dakar, devant ses concurrents sénégalais Sadio Mané et gabonais Pierre-Emerick Aubameyang.

Ses statistiques impressionnantes la saison dernière plaident en sa faveur : avec Liverpool, Salah a inscrit 44 buts toutes compétitions confondues en 2017-2018 et terminé en tête du classement des buteurs du championnat d'Angleterre avec 32 réalisations.

L'ailier de 26 ans fut ainsi l'un des grands artisans du parcours des Reds jusqu'en finale de Ligue des champions, perdue contre le Real Madrid (3-1), lors d'une rencontre douloureuse pour le Pharaon, blessé à l'épaule et contraint de quitter ses partenaires après un accrochage avec le défenseur madrilène Sergio Ramos.

Diminué pour la Coupe du monde, Salah n'était pas parvenu dans la foulée à éviter une élimination de la sélection égyptienne dès le premier tour.

Cette saison, il lui a d'ailleurs fallu un peu de temps pour retrouver ses sensations en club, mais il semble renouer avec son meilleur niveau, à l'image de ses 13 buts inscrits en Premier League.

Mi-décembre, la BBC lui a ainsi décerné, pour la deuxième année consécutive, le prix du joueur africain de l'année, après un vote de ses auditeurs. Un avant-goût du "Ballon d'Or" africain, remis par la Confédération africaine de football (CAF) mardi ?

Son coéquipier en club, le Sénégalais Sadio Mané, passe en tout cas pour son concurrent le plus sérieux. Il avait d'ailleurs déjà terminé en deuxième position en 2017, après une troisième place en 2016.

Mané, 26 ans, a lui aussi été déterminant sur le front de l'attaque de Liverpool lors de la précédente campagne de Ligue des champions, comme en témoignent ses dix buts en C1 la saison dernière.

À l'instar de Salah avec l'Égypte, il n'a ensuite pas réussi à dépasser le premier tour de la Coupe du monde avec le Sénégal.

La CAN-2019 dans toutes les têtes

"Salah, Mané, je pense que ça va être dans cet ordre-là", estime l'ancien gardien emblématique du Cameroun Joseph-Antoine Bell, interrogé par l'AFP. "Sur l'impression générale et les statistiques, ce serait plutôt Salah, mais il ne faut pas les opposer. L'un sera 'Ballon d'Or' et l'autre 'Ballon d'Argent'".

Salah pourrait ainsi imiter le Sénégalais El Hadji Diouf (2001, 2002), l'Ivoirien Yaya Touré (2011, 2012) et le Camerounais Samuel Eto'o (2003, 2004), seuls joueurs à avoir remporté le trophée deux fois d'affilée.

Quant au Gabonais d'Arsenal Pierre-Emerick Aubameyang, il pointe cette saison en tête du classement des buteurs de Premier League grâce à ses 14 réalisations. Mais le Joueur africain de l'année 2015 a dû digérer son transfert du Borussia Dortmund à Arsenal à l'hiver 2018 et les Gunners ont peiné en championnat en terminant à la 6e place, derrière le "Big Five" Manchester City, Manchester United, Tottenham, Liverpool et Chelsea.

D'autres prix seront également remis par la CAF mardi à Dakar, notamment celui du meilleur entraîneur de l'année 2018 que se disputeront le sélectionneur du Sénégal Aliou Cissé, celui du Maroc - le Français Hervé Renard -, et l'entraîneur de l'Espérance Sportive de Tunis Mouine Chaâbani.

En marge de ces distinctions, la CAF prépare aussi son comité exécutif, avec comme principal dossier l'attribution très attendue de la CAN-2019. Fin novembre, la Confédération africaine avait retiré l'organisation du tournoi au Cameroun compte tenu des retards dans les travaux d'infrastructures et de la situation délicate du pays sur le plan sécuritaire.

Depuis, deux pays se sont portés candidats, l'Égypte et l'Afrique du Sud, pour une compétition prévue du 15 juin au 13 juillet.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.