Accéder au contenu principal

Thierry Mariani quitte les Républicains et rallie Marine Le Pen

Thierry Mariani, le 11 juillet 2017, dans les rues de Paris.
Thierry Mariani, le 11 juillet 2017, dans les rues de Paris. Bertrand Guay, AFP

L'ancien ministre des Transports de Nicolas Sarkozy, Thierry Mariani, a annoncé mardi avoir quitté Les Républicains pour rejoindre la liste Rassemblement national pour les élections européennes.

PUBLICITÉ

L'ancien ministre Thierry Mariani a annoncé mardi 8 janvier à l'AFP qu'il quittait Les Républicains (LR) et rejoignait la liste du Rassemblement national (RN, ex-FN) pour les élections européennes, avec l'ex-député LR Jean-Paul Garraud. "On rejoint la liste du RN avec Jean-Paul Garraud parce qu'aujourd'hui, c'est celle qui correspond à nos convictions pour changer l'Europe", a déclaré l'ancien ministre des Transports de Nicolas Sarkozy, dont le ralliement au parti de Marine Le Pen était évoqué depuis plusieurs mois. Paul Garraud a de son côté annoncé sur Facebook son départ de LR.

Chez Les Républicains, parti présidé par Laurent Wauquiez, "on est dans une impasse stratégique avec une absence de ligne claire", a estimé l’ancien ministre.

"Un homme aux positions isolées"

Thierry Mariani fut député du Vaucluse (1993-2010), secrétaire d'État puis ministre des Transports de Nicolas Sarkozy (2010-2012), et député des Français de l'étranger (2012-2017) dans une vaste circonscription comprenant notamment la Russie, dont il est un fervent défenseur.

Battu aux législatives de 2017, il avait ensuite plaidé pour un "rapprochement" entre la droite et le RN. Il avait également manifesté de l'intérêt pour la démarche du président de Debout la France (DLF) Nicolas Dupont-Aignan, qui conduira sa propre liste au mois de mai.

"Il est allé vers celui qui lui offrait un mandat parlementaire", a réagi l'entourage de Laurent Wauquiez, sollicité par l'AFP. Thierry Mariani "était devenu, dans la suite de son échec aux législatives, un homme aux positions isolées, à la marge du parti, sans mandat ni aucune responsabilité chez les Républicains", a-t-on poursuivi de même source.

Marine Le Pen doit dévoiler les premiers noms de la liste du RN pour les européennes (26 mai) lors d'un premier meeting dimanche, après avoir déjà officialisé la désignation comme tête de liste du porte-parole Jordan Bardella.

"Le RPR d'hier, c'est le RN d'aujourd'hui"

Magistrat, ancien député de Gironde (2002-2012), Jean-Paul Garraud anima avec Thierry Mariani le courant la droite populaire au sein de l'UMP devenue LR. Il affichait en 2012 des "convictions communes" avec le FN.

"Je suis partisan d'une union de tous les amoureux de la France qui ne peuvent se résoudre à assister les bras ballants au délitement du pays, à la montée des communautarismes, de l'islamisme, de la délinquance et de toutes les injustices sociales", a-t-il expliqué sur Facebook.

"J'ai soutenu sans faillir et jusqu'au bout, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Fillon." Mais "finalement, le RPR d'hier, c'est le RN d'aujourd'hui et j'en tire donc les conséquences en restant fidèle à nos idées".

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.