Accéder au contenu principal

Trump et Macron évoquent un retrait américain de Syrie "réfléchi et coordonné"

Emmanuel Macron et Donald Trump le 30 novembre 2018 au G20 en Argentine.
Emmanuel Macron et Donald Trump le 30 novembre 2018 au G20 en Argentine. Ludovic Marin, AFP

Le président américain a évoqué lundi avec son homologue français un retrait américain de Syrie "réfléchi et coordonné". Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a lui assuré que la Turquie avait promis de protéger les combattants kurdes.

PUBLICITÉ

Le président américain Donald Trump et son homologue français Emmanuel Macron ont eu lundi 7 janvier un entretien téléphonique lors duquel ils ont discuté du retrait des troupes américaines de Syrie, qu'ils veulent "réfléchi et coordonné".

"Les deux dirigeants ont discuté de la situation en Syrie, notamment de l'engagement des États-Unis et de la France à venir à bout de Daech et à préparer un retrait réfléchi et coordonné des troupes américaines de Syrie", déclare la Maison Blanche dans un communiqué. Donald Trump et Emmanuel Macron ont "réitéré qu'un nouveau recours aux armes chimiques en Syrie ne devait pas être toléré", est-il ajouté dans le communiqué.

"J'ai parlé avec les Français", a par ailleurs déclaré, à propos du dossier syrien, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo à bord de l'avion le conduisant pour une tournée marathon au Moyen-Orient. "Nous ferons en sorte de répondre aux inquiétudes qu'ils pourraient avoir. Tout le monde comprend ce que font les États-Unis", a-t-il dit à la presse en début de soirée.

Selon Pompeo, la Turquie "protégera" les Kurdes

Mike Pompeo a également indiqué que la Turquie avait promis de protéger les combattants kurdes en Syrie. "Le président Erdogan a pris un engagement auprès du président Trump lorsqu'ils ont discuté tous les deux de ce à quoi cela devrait ressembler – [un engagement selon lequel] les Turcs continueront la campagne contre l'EI après notre départ et feront en sorte que les gars avec qui nous avons combattu, qui nous ont assistés dans la campagne contre l'EI, soient protégés", a affirmé Mike Pompeo à la chaîne CNBC.

>> À lire : "Pour les Kurdes de Syrie, le rêve autonomiste s'éloigne"

L'annonce le 19 décembre du retrait d'environ 2 000 soldats américains combattant le groupe État islamique (EI) en Syrie a suscité l'inquiétude des alliés des Américains. "Je regrette très profondément la décision prise (...). Un allié se doit d'être fiable, de se coordonner avec ses autres alliés", avait notamment réagi Emmanuel Macron.

"Nous quitterons [la Syrie] à un rythme adapté tout en continuant en même temps à combattre l'EI et à faire ce qui est prudent et nécessaire pour tout le reste", a tweeté le président américain lundi matin. Donald Trump s'en est également pris au New York Times sur Twitter, l'accusant d'avoir écrit "exprès" un "article très inexact sur ses intentions en Syrie".

Ce message matinal semblait faire écho à un article expliquant que le conseiller pour la sécurité nationale, John Bolton, avait "reculé" sur la décision de l'occupant de la Maison Blanche de rapidement retirer les troupes de Syrie.

>> À lire aussi : "Retrait américain de Syrie : Bolton veut "assurer" la défense des alliés de Washington"

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.