Accéder au contenu principal

L'Australie pourrait accorder l'asile à la Saoudienne en fuite

La Saoudienne Rahaf Mohammed al-Qunun affirme vouloir fuir les abus psychologiques et physiques de sa famille.
La Saoudienne Rahaf Mohammed al-Qunun affirme vouloir fuir les abus psychologiques et physiques de sa famille. AFP

La jeune Saoudienne placée sous la protection du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU en Thaïlande pourrait obtenir l'asile en Australie. C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre, mercredi, le gouvernement australien.

Publicité

Le gouvernement australien a laissé nettement entendre, mercredi 9 janvier, qu'une jeune Saoudienne placée sous la protection du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU en Thaïlande allait obtenir l'asile humanitaire en Australie.

Rahaf Mohammed al-Qunun, 18 ans, est arrivée à Bangkok ce week-end en provenance du Koweït, affirmant vouloir fuir les abus psychologiques et physiques de sa famille et demander l'asile en Australie. Les autorités thaïlandaises ont renoncé à l'expulser après qu'elle a posté sur Twitter une multitude de messages et de vidéos désespérés, accédant immédiatement à la notoriété internationale.

>> À lire : À l'aéroport de Bangkok, le combat d'une Saoudienne pour ne pas retourner dans son pays

"Pas de traitement spécial"

Canberra avait déjà promis d'évaluer "avec soin" le cas de la jeune femme si l'ONU jugeait que sa vie était menacée. Le ministre australien de la Santé Greg Hunt a semblé aller plus loin dans des déclarations à la chaîne publique ABC. "S'il s'avère que c'est une réfugiée, alors, nous étudierons vraiment, vraiment, vraiment sérieusement l'opportunité d'un visa humanitaire." Le ministre a ajouté avoir évoqué le cas avec le ministre de l'Immigration, David Coleman, mardi soir.

Le ministre de l'Intérieur, un ancien policier tenant de la ligne dure sur l'immigration, a lui aussi exprimé sa sympathie à l'égard de la Saoudienne. "Il n'y a pas de traitement spécial dans cette affaire", a assuré Peter Dutton mercredi. Mais, a-t-il ajouté, "personne ne veut voir une jeune fille dans la détresse et elle a de toute évidence trouvé un havre sûr en Thaïlande".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.