Accéder au contenu principal

Les résultats de la présidentielle congolaise contestés

Les partisans de Félix Tshisekedi se sont retrouvés devant le siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) à Kinshasa jeudi.
Les partisans de Félix Tshisekedi se sont retrouvés devant le siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) à Kinshasa jeudi. John Wessels, AFP

La Commission électorale a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle en RD Congo. Mais l'Église catholique affirme que les résultats ne correspondent pas à ses observations. Retrouvez notre live.

PUBLICITÉ
  • Les résultats provisoires de l'élection proclamant Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle "ne correspondent pas" aux données collectées par les observateurs de l'Église catholique en République démocratique du Congo, a déclaré jeudi 10 janvier, la conférence épiscopale.
     
  • La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi que l'opposant Felix Tshisekedi avait été élu à la présidence avec 38,57 % des suffrages, un résultat aussitôt contesté par un autre candidat de l'opposition, Martin Fayulu.
  • Des scènes de liesse ont accueilli la proclamation de la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle en République démocratique du Congo mais aussi des violences qui ont éclaté dans le camp de Martin Fayulu.

  • Même si la Cour constitutionnelle confirme sa victoire d'ici à la prestation de serment toujours prévue le 18 janvier, Félix Tshisekedi doit encore s'emparer de tous les pouvoirs régaliens (armée, forces de sécurité, renseignements, diplomatie, ministère des Mines). Des pouvoirs fermement tenus en main par le président Kabila et son entourage depuis 18 ans.

  • Ce résultat encore provisoire prend l'apparence d'une alternance historique en Afrique centrale où les mêmes dirigeants se font réélire pendant des décennies (Cameroun, Tchad, Gabon Congo-Brazzaville, Rwanda). Mais cette alternance sans précédent dans la sous-région peut vite prendre la réalité d'un partage négocié du pouvoir avec le président sortant Joseph Kabila, en faveur de ce dernier, selon les premières expertises et analyses.

     

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.