Accéder au contenu principal

JO de Tokyo-2020: le président du comité olympique japonais mis en examen à Paris

Le président du comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda (archives).
Le président du comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda (archives). Gabriel Bouys, AFP

Le président du Comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda, a été mis en examen en décembre à Paris pour "corruption active" dans le cadre d'une enquête sur un versement suspect dans l'enquête sur l'attribution des JO de Tokyo-2020.

Publicité

Tsunekazu Takeda, un des piliers de l'olympisme japonais, a été mis en examen en décembre à Paris pour "corruption active" dans l'enquête française sur l'attribution des JO de Tokyo-2020.

Une source judiciaire citée par l’AFP, indique que le ressortissant japonais a été mis en examen le 10 décembre par les juges d'instruction parisiens qui tentent depuis trois ans de faire la lumière sur le versement suspect de près de deux millions d'euros réalisé en 2013 pendant la campagne de candidature japonaise victorieuse, au détriment de Madrid et Istanbul.

Dans une déclaration publiée à Tokyo, Tsunekazu Takeda a rejeté les accusations de corruption. Il a cependant confirmé qu'il avait été interrogé à Paris et assuré qu'il coopérait à l'enquête des autorités judiciaires françaises.

L'enquête, ouverte en mai 2016, porte sur deux paiements destinés à la société Black Tidings, liée à Papa Massata Diack, personnage central de plusieurs affaires de corruption au sommet du sport mondial.

Tsunekazu Takeda, actuel vice-président du comité d'organisation des JO-2020, avait déjà été interrogé début 2017 par des magistrats de Tokyo, à la demande de la justice française. Peu après la révélation de ces accusations, le Comité olympique japonais avait désigné un panel de trois juristes, lequel avait blanchi en septembre 2016 le comité de campagne sans pouvoir cependant mener des investigations poussées.

Des fonds ont pu être blanchis en France

Selon les instances olympiques nippones à l'époque, la somme suspecte correspondait à des "rémunérations légitimes d'un consultant" et personne ne savait que Black Tidings, qui était basée à Singapour, était liée à Papa Massata Diack, dit "PMD".

Cet ancien puissant consultant marketing de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), présidée de 1999 à 2015 par son père, Lamine Diack, lui-même membre influent du CIO, est soupçonné d'avoir touché plusieurs millions d'euros de pots-de-vin sur des contrats de sponsoring ou pour favoriser les candidatures de Rio et de Tokyo aux JO de 2016 et 2020.

Dans la presse, il s'en est toujours défendu. Mais, réfugié au Sénégal, il n'a jamais été entendu par la justice française, qui a lancé un mandat d'arrêt international contre lui alors que son père est mis en examen pour corruption et ne peut quitter le territoire français.

L'enquête française sur les JO de Tokyo et celle, parallèle, sur ceux de Rio, ont été ouvertes par le parquet national financier (PNF) à la suite des découvertes réalisées lors des investigations internationales menées d'abord contre un vaste système de corruption mis en place au sein de l'IAAF pour permettre à des athlètes russes dopés d'éviter ou retarder les sanctions.

Dans ces affaires, la compétence de la justice française s'explique notamment par le fait que des fonds ont pu être blanchis en France.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.