Monténégro: RSF dénonce la condamnation d'un journaliste pour trafic de drogue

Podgorica (Monténégro) (AFP) –

Publicité

Un journaliste spécialisé dans le crime organisé au Monténégro, Jovo Martinovic, a été condamné mardi à Podgorica à 18 mois de prison pour trafic de drogue, "un verdict inique" selon l'association Reporters sans Frontières.

Il lui était reproché d'entretenir des liens avec des trafiquants, dont l'un a été condamné à 6 ans et trois mois de prison.

Jovo Martinovic a expliqué que ces contacts étaient menés dans le cadre de son métier.

Il a déjà effectué quinze mois de détention provisoire et a interjeté appel de sa condamnation, donc ne retournera pas immédiatement en détention.

En septembre, le journaliste avait reçu le prix Peter Mackler, qui récompense l'éthique et le courage journalistiques.

"Faire du trafic de marijuana aurait été insensé pour moi. Je n'ai simplement aucune bonne raison de le faire. J'ai une carrière internationale" avec des médias étrangers, avait dit Jovo Martinovic lors de l'ultime audience de son procès.

Au moment de son arrestation en 2015, il travaillait sur le gang international des "Pink Panthers", composé de braqueurs de l'ex-Yougoslavie, auquel on attribue une centaine d'attaques de bijouteries dans le monde.

La condamnation de Jovo Martinovic est "un verdict inique", a dénoncé l'association Reporters sans frontières. "Le Monténégro viole son obligation de respecter la liberté d'informer et a enfreint le droit d'un journaliste à un procès équitable", selon RSF.

En proie à un lourd problème de criminalité organisée, le Monténégro est candidat à l'Union européenne.

En mai, après qu'une journaliste avait été blessée par balle, Bruxelles avait prévenu que le processus d'adhésion serait "entravé" sans progrès sur la question de la protection des journalistes et de la liberté de la presse.