BURKINA FASO

Le ressortissant canadien enlevé au Burkina Faso retrouvé mort

Un gendarme patrouille dans une école de Ouagagoudou, le 7 novembre 2018. (Image d'illustration)
Un gendarme patrouille dans une école de Ouagagoudou, le 7 novembre 2018. (Image d'illustration) Issouf Sanogo, AFP

Le ressortissant canadien employé d'une société minière, enlevé le 15 janvier au Burkina Faso, non loin de la frontière avec le Niger, a été retrouvé mort. Le Canada condamne un "crime odieux" et offre son aide pour "rechercher les responsables".

Publicité

Un employé canadien de la compagnie Progress Minerals, enlevé le 15 janvier dans le nord du Burkina Faso, a été retrouvé mort, a annoncé jeudi un porte-parole du ministère burkinabé de la Sécurité.

"C'est le corps du Canadien qui a été enlevé avant-hier qui a été retrouvé", a déclaré Jean-Paul Badoum, directeur de la communication du ministère. Le corps sans vie d'un "homme blanc portant des impacts de balle" avait été retrouvé mercredi soir par des habitants à une soixantaine de kilomètres de Gorom-Gorom (nord).

Le Canada condamne un "crime odieux" et offre son aide pour "rechercher les responsables".

>> À lire aussi : Le Burkina Faso décrète l'état d'urgence dans plusieurs provinces

Vice-président de la société canadienne Progress Minerals, Kirk Woodman, géologue et responsable de l'exploration minière au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire, avait été kidnappé mardi soir lors d'un raid "aux environs de 19 h 45 (locales et GMT), sur le site de Tiabangou, dans la commune de Mansila", avait précisé à l'AFP le ministre burkinabè de la Sécurité, Clément Sawadogo. Cette zone des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso est en proie à des attaques jihadistes récurrentes, rappelle l’agence de presse.

Une autre Canadienne est portée disparue depuis la mi-décembre dans le pays, avait indiqué Ottawa le 5 janvier. Edith Blais, 34 ans, était partie, par la route, d'Europe jusqu'en Afrique de l'Ouest avec un ami italien de 30 ans, Lucas Tacchetto, originaire de Venise, selon les médias locaux. Ils devaient se rendre en voiture au Togo pour un projet humanitaire avec l'organisme Zion'Gaïa.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24