Accéder au contenu principal

Le Qatari Nasser al-Attiyah permet à Toyota de remporter son premier Dakar

Nasser al-Attiyah célèbre sa victoire, jeudi 17 janvier 2019 à Lima.
Nasser al-Attiyah célèbre sa victoire, jeudi 17 janvier 2019 à Lima. Franck Fife, AFP

Le Qatari Nasser al-Attiyah a offert jeudi une première victoire à Toyota en remportant le Dakar-2019, devant l'Espagnol Nani Roma (Mini) et le Français Sébastien Loeb (Peugeot).

PUBLICITÉ

Le roi du désert. Nasser al-Attiyah (Toyota) a remporté jeudi 17 janvier à Lima son troisième Dakar, une édition 2019 du célèbre rallye-raid 100 % sable dominée de bout en bout par le Qatari qu'on appelle "Nasser" sur le bivouac.

Au bout de 10 étapes, 5 000 km, dont 3 000 de spéciale, al-Attiyah a écrasé la concurrence, laissant l'Espagnol Nani Roma (Mini) à 46 minutes et 42 secondes. Le Français Sébastien Loeb (Peugeot) termine à la troisième place, avec 1h54min18 sec de retard.

"C'était une course très compliquée, je suis vraiment ravi d'avoir gagné ! Toute l'équipe a fait un super boulot. C'est fantastique", s'est réjoui al-Attiyah. "Je suis fier. Mon travail à moi, c'est d'emmener la voiture à la première place. Je suis très heureux d'avoir gagné et d'offrir cette première victoire à Toyota. Je vais sans doute devenir un héros au Japon ! […] Et il va sans doute falloir que j'apprenne le japonais", poursuivait-il en souriant.

Une première pour Toyota

Trois Dakar donc, mais aussi trois équipes. Et deux copilotes. Après s'être imposé au volant d'une Volkswagen puis d'une Mini, c'est donc avec Toyota qu'al-Attiyah l'a emporté. Une première pour le constructeur japonais. Un succès construit autour du Qatari, spécialiste des dunes, et de son copilote français Matthieu Baumel.

Car le parcours de ce "Pérou Dakar" semblait tracé pour le pilote Toyota. "Il y a de grandes dunes, on peut perdre beaucoup de temps en s'ensablant ou en cherchant des points de passage… La faute est très facile à faire. Il faut savoir lire le terrain, l'appréhender", avait prédit l'expérimenté Stéphane Peterhansel (Mini), 30 participations et 13 succès.

Bien vu. Dans une course telle que le Dakar, il faut parfois faire le moins de fautes possible pour s'imposer. À ce petit jeu, al-Attiyah a survolé la compétition : l'Espagnol Carlos Sainz (vainqueur jeudi de la dernière étape sur sa Mini) et le Sud-Africain Giniel de Villiers (Toyota) ont explosé dès la 3e étape ; Peterhansel a alterné le bon et le moins bon, avant d'être contraint à l'abandon à la 9e et avant-dernière étape, privé de son copilote David Castera blessé ; le Néerlandais Bernhard ten Brinke (Toyota) et le Français Cyril Despres (Mini) n'ont jamais vraiment été dans le coup…

Sébastien Loeb, forte tête

Seul Sébastien Loeb (Peugeot) a un temps tenu tête au Qatari. Mais le nonuple champion du monde des rallyes a manqué de constance : s'il a remporté quatre étapes, l'Alsacien a aussi enchaîné les galères, crevant à trois reprises sur une même spéciale après une polémique liée à une erreur sur le roadbook de la 3e étape.

"Finir troisième sur un terrain qui ne nous était pas spécialement favorable, sur une voiture privée contre des prototypes d'usine, c'est plutôt pas mal", a toutefois soufflé le Français. "Les deux qui sont devant n'ont pas eu de soucis. Mais, globalement, on était plus rapides sur le terrain, c'est encourageant. C'est sympa. On fait de supers spéciales. C'est toujours un podium, mais ce n'est pas une victoire… Après tous les soucis, ce n'est pas si mal", a-t-il ajouté.

Bref, "Nasser", comme on l'appelle affectueusement sur le bivouac, a survolé la compétition, laissant son dauphin à près d'une heure.

En moto, KTM a étendu sa série de victoires à une 18e année : l'Australien Toby Price a remporté son deuxième Dakar, après celui de 2016, devant l'Autrichien Matthias Walkner (KTM). Le Français Xavier de Soultrait (Yamaha) termine 6e, à 54 minutes du vainqueur.

Dynastie Kamaz

Chez les camions, le Russe Eduard Nikolaev (Kamaz) suit les traces laissées par le légendaire Vladimir Chagin, dont il a d'ailleurs été le mécanicien. Nikolaev a ainsi remporté son quatrième Dakar, son troisième de rang, après trois victoires d'étapes.

Domination sans partage aussi chez les quadistes : l'Argentin Nicolas Cavigliasso (Yamaha) a remporté neuf des dix étapes pour s'imposer au général devant le Français Alexandre Giroud (Yamaha).

Enfin, le duo chilien Francisco "Chaleco" Lopez Contardo et Alvaro Juan Leon Quintanilla (Can-Am) a remporté son premier Dakar à son premier essai en SxS.

AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.