Accéder au contenu principal

Au Burkina Faso, le gouvernement Thiéba a démissionné

Le Premier ministre Paul Kaba Thieba à Ouagadougou, le 17 janvier 2016.
Le Premier ministre Paul Kaba Thieba à Ouagadougou, le 17 janvier 2016. Issouf Sanogo, AFP

Dans un contexte de menaces terroristes et de gronde sociale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a présenté, vendredi, sa démission ainsi que celle de son gouvernement. Le président Kaboré l'a acceptée tout en exprimant "sa reconnaissance".

Publicité

Le gouvernement du Burkina Faso a démissionné, vendredi 18 janvier. Confronté à des menaces terroristes et à une fronde sociale croissante, la présidence a annoncé le retrait de l’exécutif dans un communiqué. "Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a présenté dans l'après-midi sa démission ainsi que celle de son gouvernement". "Le président du Faso [l']a acceptée" et a exprimé "toute sa reconnaissance au Premier ministre et à l'ensemble de ses ministres pour leur engagement au service de la nation", selon le communiqué. Aucune explication n'a été donnée sur les raisons de cette démission.

Impuissance à éradiquer les violences

Économiste inconnu du grand public, Paul Kaba Thiéba était devenu, en janvier 2016, le premier Premier ministre du président Kaboré nouvellement élu. Son profil correspondait à la priorité aux questions économiques et sociales donnée par Roch Marc Christian Kaboré lors de sa campagne électorale, dans ce pays sahélien pauvre de 18 millions d'habitants qui connaît un chômage massif, notamment parmi les jeunes qui représentent près des trois quarts de la population.

Mais la question sécuritaire a rapidement pris de l'ampleur, avec la première attaque jihadiste à Ouagadougou (30 morts) une semaine après sa nomination.

>> À lire : Le Burkina Faso décrète l'état d'urgence dans plusieurs provinces

Les attaques avaient commencé dans le nord du pays début 2015, puis se sont étendues en quatre ans à une large partie du territoire, devenant de plus en plus fréquentes et meurtrières. Les jihadistes ont perpétré aussi plusieurs prises d'otages. Les forces de sécurité burkinabè semblent impuissantes à enrayer ces violences.

Paul Kaba Thiéba avait cependant été reconduit deux fois à la tête du gouvernement après des précédents remaniements.

Un nouveau souffle

Selon des sources proches de la présidence, cette démission fait suite à la volonté du président Roch Marc Christian Kaboré de donner un nouveau souffle à l'action du gouvernement, confronté aussi à une fronde sociale avec des mouvements d'humeur récurrents dans les différents services publics.

Des acteurs de la société et des partis politiques de l'opposition demandaient depuis plusieurs mois la démission de plusieurs membres du gouvernement, particulièrement des ministres chargés de la Sécurité et de la Défense nationale. Le chef d'état-major général des armées a été limogé la semaine dernière.

Dernier épisode en date des violences jihadistes, un cadre canadien d'une compagnie minière, enlevé mardi dans le nord-est du Burkina, a été retrouvé mort mercredi soir, vraisemblablement assassiné par ses ravisseurs pendant leur fuite. Six autres ressortissants étrangers sont retenus en otages.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.