Accéder au contenu principal

Israël annonce l'interception d'une roquette tirée de Syrie

Cette photo prise le 7 mai 2018 montre un système de défense israélien au dôme de fer, conçu pour intercepter et détruire les roquettes et obus d'artillerie à courte portée, déployé sur les hauteurs du Golan, annexées par Israël, près de la frontière avec la Syrie.
Cette photo prise le 7 mai 2018 montre un système de défense israélien au dôme de fer, conçu pour intercepter et détruire les roquettes et obus d'artillerie à courte portée, déployé sur les hauteurs du Golan, annexées par Israël, près de la frontière avec la Syrie. Jalaa Marey, AFP

L'armée israélienne a annoncé dimanche qu'une roquette tirée depuis la Syrie a été interceptée dans la partie du plateau du Golan occupée par Israël, peu après l'annonce de raids israéliens en Syrie.

PUBLICITÉ

"Une roquette tirée vers le nord du plateau du Golan a été interceptée par le système de défense aérien Iron Dome", a indiqué dimanche 20 janvier l'armée israélienne dans un communiqué. Une porte-parole militaire a ensuite précisé à l'AFP que cette roquette avait été tirée depuis la Syrie.

Israël, officiellement en état de guerre avec la Syrie, occupe depuis 1967 la majeure partie du plateau du Golan, qu'elle a annexée en 1981. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale. Peu avant ce tir de roquette, la défense anti-aérienne syrienne avait annoncé avoir riposté dimanche à des raids "israéliens" dans le sud de la Syrie, ont rapporté les médias d'État syriens citant une source militaire.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, a fait état pour sa part de raids israéliens ayant visé le sud de la capitale Damas. "La zone ciblée se situe dans le sud de Damas, près du secteur de Kesswa, où se trouvent des entrepôts (d'armes) du Hezbollah ainsi que des combattants iraniens, mais il n'est pas encore clair s'ils ont été visés", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

L'armée israélienne a frappé à de multiples reprises ces dernières années des cibles de l'Iran et de son allié, le Hezbollah libanais, en Syrie. Ces deux grands ennemis d'Israël ont aidé, ainsi que la Russie, le régime du président syrien Bachar al-Assad à prendre le dessus sur les rebelles et les jihadistes au cours de la guerre civile. Le porte-parole de l'armée israélienne a refusé de réagir à l'annonce de ces frappes par la Syrie: "Nous ne commentons pas les informations en provenance de l'étranger", a-t-il réagi. 

>> À lire aussi : "Israël affirme avoir découvert tous les tunnels creusés par le Hezbollah"

Dimanche dernier, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait reconnu que l'aviation israélienne avait effectué deux jours plus tôt un raid contre des "entrepôts d'armes" iraniens dans l'enceinte de l'aéroport international de Damas, une rare confirmation de la part d'un responsable israélien. M. Netanyahu proclame sans cesse qu'il ne laissera pas l'Iran se servir de la Syrie comme tête de pont contre Israël. 

L'Iran dément envoyer des soldats de l'armée régulière se battre en Syrie, affirmant que seuls des conseillers militaires ou des "volontaires" iraniens ou afghans sont présents aux côtés des forces du régime syrien.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.