Coupe de France: dans l'ombre de Sala, Toulouse et Guingamp avancent en 8es

Paris (AFP) –

Publicité

Toulouse s'est qualifié pour les 8es de finale de la Coupe de France, aux dépens de Reims (4-4 a.p., 4-3 aux t.a.b.), tout comme Guingamp, mardi dans une atmosphère assombrie par la disparition de l'ancien Nantais Emiliano Sala.

L'onde de choc de la disparition au-dessus de la Manche de l'avion transportant l'attaquant italo-argentin vers Cardiff, son nouveau club, était encore perceptible dans les stades de l'Hexagone dans la soirée, après les nombreux hommages.

"A Toulouse pour le match, mais tournés vers Nantes...", a tweeté avant le coup d'envoi le Stade de Reims.

Dans un Stadium qui sonnait creux, le TFC a montré qu'il en fallait beaucoup pour le faire plier. Alors qu'ils ont mené trois fois au score, l'égalisation marnaise de Xavier Chevalerin (87e) puis le coup de poignard de Mathieu Cafaro (108e) ont failli faire déchanter les locaux.

Mais Max-Alain Gradel, sur penalty (118e), a provoqué une séance de tirs au but que les Violets ont maîtrisée, au contraire de Cafaro, qui a envoyé la tentative de la dernière chance sur la barre.

Dernier de Ligue 1, Guingamp s'est lui donné de l'oxygène en allant battre... le dernier de Ligue 2, Nancy (2-1 a.p.), grâce à un but de la recrue du mercato d'hiver Papy Djilobodji (102e).

Dans ce contexte lourd, les belles histoires de la Coupe ont également connu un terme brutal.

Les Herbiers (N2, 4e div.), finalistes surprises en 2018, ont été éliminés à Villefranche-sur-Saône (N1, 3e div.), 2 à 0, tandis qu'Andrézieux (N2), tombeur héroïque de Marseille au tour précédent, a chuté à domicile contre Lyon Duchère, sous la neige (N, 2-1).

Monaco, contre Metz (L2), et Lille, à Sète (N2), jouent dans la soirée pour clôturer la première partie de ces 16es.