Wall Street hésite, freinée par les interrogations sur les négociations USA-Chine

New York (AFP) –

Publicité

Wall Street évoluait en ordre dispersé à l'ouverture jeudi, hésitant entre des résultats d'entreprises bien reçus et les commentaires peu encourageants du secrétaire américain au Commerce sur les négociations avec la Chine.

Vers 14H55 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,29% à 24.503,80 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 0,39% à 7.053,02 points.

L'indice élargi S&P 500 reculait de 0,16% à 2.634,57 points.

La Bourse de New York avait terminé dans le vert mercredi à l'issue d'une séance en dents de scie, entre les chiffres trimestriels de bonne tenue de plusieurs grands noms de la cote dont IBM et United Technologies et les craintes persistantes sur la croissance mondiale: le Dow Jones avait gagné 0,70% et le Nasdaq 0,08%.

Jeudi, les investisseurs saluaient avec enthousiasme les chiffres d'American Airlines (+6,03%), qui a indiqué être dans une "très bonne dynamique" depuis le début de l'année et a livré des objectifs financiers ambitieux.

Ils recevaient aussi positivement les résultats d'une autre compagnie aérienne, Southwest Airlines (+4,49%), du fabricant de composants électroniques Texas Instruments (+5,02%) et du constructeur automobile Ford (+0,60%).

"La saison des résultats pour l'instant s'avère plutôt solide", a souligné Kate Warne d'Edward Jones. "Les investisseurs surveillent particulièrement les prévisions des dirigeants et ces dernières sont certes prudentes mais plutôt positives dans leur ensemble, ce qui apporte du soutien au prix des actions", a-t-elle ajouté.

Toutefois, "ces bonnes nouvelles du côté des entreprises sont atténuées par des nouvelles liées au contexte économique, tout ce qui concerne les négociations avec la Chine en particulier avec par exemple ce matin les commentaires du secrétaire américain au Commerce, ou le fait que Mario Draghi reconnaisse que les risques pesant sur l'économie européenne ont augmenté", a souligné la spécialiste.

Alors qu'une délégation chinoise est attendue la semaine prochaine à Washington pour de nouvelles discussions, Wilbur Ross a affirmé jeudi que les Etats-Unis et la Chine étaient loin de résoudre leur conflit commercial.

Le président de la Banque centrale européenne a parallèlement estimé que les risques pesant sur la conjoncture en zone euro avaient augmenté, un signe codifié mais très net de pessimisme accru.

"Cela pousse les investisseurs à réévaluer leurs anticipations", a souligné Mme Warne. "Les indices devraient encore monter cette année mais le chemin sera plus chaotique."

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans reculait à 2,714%, contre 2,741% mercredi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,038%, contre 3,062% la veille.