Accéder au contenu principal

Lutte anticorruption : 64 personnes toujours emprisonnées à Riyad

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, le 23 octobre 2018, à Riyad.
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, le 23 octobre 2018, à Riyad. Fayez Nureldine, AFP

La création de la commission anticorruption, dirigée par le prince héritier Mohammed ben Salmane, a mis fin à son enquête, mercredi. En novembre 2017, 11 personnalités, parmi lesquelles des princes et des ministres, avaient été arrêtées.

PUBLICITÉ

La commission anticorruption créée par le prince Mohammed ben Salmane a terminé ses travaux, mercredi 30 janvier. Selon un communiqué du cabinet royal saoudien, la commission a dit avoir convoqué "381 personnes notamment comme témoins (...) Celles n'ayant pas été inculpées de corruption ont été relâchées". Le document fait également état d'accords passés avec 87 suspects tandis que 56 autres ont été déférés devant le parquet, notamment pour implication présumée dans d'autres affaires.

Huit autres suspects ayant refusé de négocier un accord ont également été déférés au parquet, selon la même source. Au total, 64 personnes restent ainsi en détention.

Toujours selon le communiqué, la commission est parvenue à récupérer "des fonds pour la caisse publique de l'État dépassant les 400 milliards de riyals saoudiens (93 milliards d'euros) sous forme d'avoirs immobiliers, commerciaux, en titres et en espèces."

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.