Accéder au contenu principal

Emmanuel Macron envisage un référendum pour le mois de mai, selon Le JDD

Emmanuel Macron veut reprendre la main et envisage de recourir au referendum
Emmanuel Macron veut reprendre la main et envisage de recourir au referendum Ludovic Marin, AFP

Selon le Journal du Dimanche, le Président français envisage de recourir à un référendum à choix multiples pour sortir de la crise des Gilets jaunes. La consultation pourrait avoir lieu en même temps que le scrutin des Européennes.

Publicité

"Macron prépare son coup", titre le JDD dimanche 3 février. Ce coup d'éclat prendrait la forme d'un referendum permettant au Président de la République de répondre aux exigences de démocratie participative émanant de la contestation des Gilets jaunes. Le scrutin pourrait avoir lieu le 26 mai, en même temps que les élections européennes.

>> À lire : Gilets jaunes : le référendum d'initiative citoyenne, mode d'emploi

L'hebdomadaire a recueilli les confidences de plusieurs proches du chef de l'État qui voit désormais dans cette réponse la seule solution face à la mobilisation des Gilets jaunes. "La dernière option, c'est le référendum, et on y va", explique-t-on. "Avec le grand débat, le Président a montré qu'il avait le ressort personnel pour faire redémarrer la machine."

Autre indice concordant selon le journal : "Le bureau des élections au ministère de l'Intérieur, chargé de l'organisation des scrutins, a pris langue en fin de semaine avec des imprimeurs et papetiers afin d'être prêt pour le jour J, si le chef de l'État confirme ce calendrier".

Selon quelles modalités ?

Selon les informations recueillies, la consultation devrait être couplée aux élections européennes du 26 mai prochain. La décision définitive d'Emmanuel Macron pourrait être prise "sous une semaine", afin que le scrutin ait lieu dans de bonnes conditions.

Est-ce une bonne idée de mêler un référendum national à l'élection européenne ?

Reste à définir la ou les questions posées. Dans l'entourage du président, on plaide pour un questionnaire à choix multiples, une forme "inédite", originale" voire "disruptive" selon le jargon de la 'start-up nation'.

>> À voir : "Où va l'argent ?" : impôts et dépenses publiques au coeur du débat de Trouville-sur-Mer

Les questions pourraient rebondir sur les conclusions du grand débat qui sont attendues pour les week-ends du 9 et 16 mars et tâter l'opinion concernant la réforme des institutions que souhaite mener Emmanuel Macron. Réduction du nombre de parlementaires, cumul des mandats, vote obligatoire, démocratie participative… Autant de sujets qui pourraient se retrouver sur la table. Toutefois, pas question de revenir sur l'ISF, a déjà tranché le chef de l'État.

Ce recours au peuple par voie référendaire constitue une "arme politique à double tranchant", rappelle le JDD. "Les électeurs sont réputés pour ne pas répondre à la question posée mais à celui qui la pose, quitte à le sanctionner".

>> À voir : Grand débat national : attention au retour de batôn

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.