Accéder au contenu principal

Défiant la polémique sur ses origines, Elizabeth Warren à l'assaut de la Maison Blanche

Elizabeth Warren a annoncé sa candidature à Lawrence, dans le Massachusetts.
Elizabeth Warren a annoncé sa candidature à Lawrence, dans le Massachusetts. Joseph Prezioso, AFP

La sénatrice a lancé officiellement samedi sa candidature aux primaires démocrates pour la présidentielle de 2020. Figure de l'aile gauche du parti, elle a parlé de santé et d'éducation pour faire taire la polémique sur ses origines amérindiennes.

PUBLICITÉ

Dénonçant les inégalités tout en pourfendant Wall Street et les grandes fortunes, la sénatrice démocrate Elizabeth Warren a officialisé samedi 9 février sa candidature à la présidentielle américaine de 2020, défiant avec un message résolument à gauche la controverse sur ses lointaines origines amérindiennes.

"L'étranglement de la classe moyenne est réel et des millions de familles peuvent à peine respirer", a lancé la sénatrice de 69 ans devant des supporteurs enthousiastes, à Lawrence, ancien cœur ouvrier de l'industrie textile du nord-est américain. Parmi ses thèmes phares : un système de santé universel, des investissements dans l'éducation, un salaire minimum plus élevé ou encore la protection de l'environnement...

L'ancienne professeure de droit à Harvard a ainsi confirmé son entrée dans une course qui s'annonce rude du côté démocrate, où l'on dénombre déjà une dizaine de candidats, un an avant les premières primaires.

>> À lire aussi : Les femmes démocrates ouvrent le bal des candidatures à la Maison Blanche

Et plusieurs grands noms sont encore attendus : l'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, l'ex-candidat battu par Hillary Clinton en 2016, Bernie Sanders, et le milliardaire et ex-maire de New York Michael Bloomberg.

Surnomée "Pocahontas" par Trump

En publiant bien avant sa campagne, dès octobre, les résultats d'un test ADN, Elizabeth Warren avait voulu couper court aux moqueries du président républicain Donald Trump, qui la surnomme depuis longtemps "Pocahontas" en mettant en doute ses origines amérindiennes.

S'il confirme un lointain héritage, ce test a indigné des tribus amérindiennes, pour qui la parenté est avant tout culturelle plutôt que purement génétique.

Surtout, le Washington Post a publié cette semaine un document officiel datant des années 1980 sur lequel Elizabeth Warren se définit comme "Amérindienne", ce qui a relancé les accusations de ceux qui la soupçonnent d'avoir utilisé ses origines pour faire avancer sa carrière. Elle dément catégoriquement.

"Imposture", dénonce l'équipe de Donald Trump, lequel compte bien décrocher un second mandat.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.