Accéder au contenu principal

Vague d'arrestations anti-Gülen, plus de 700 personnes interpellées en Turquie

Ce nouveau coup de filet est l'un des plus importants de ces derniers mois.
Ce nouveau coup de filet est l'un des plus importants de ces derniers mois. Adem Altan, AFP (archives)

Plus de 700 personnes soupçonnées de liens avec le prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'être le cerveau de la tentative de coup d'État du 15 juillet 2016, ont été arrêtées mardi à travers la Turquie.

PUBLICITÉ

Au moins 729 personnes soupçonnées de liens avec le prédicateur turc Fethullah Gülen, accusé par le président Recep Tayyip Erdogan d'avoir fomenté le putsch manqué de juillet 2016, ont été arrêtées mardi 12 février à travers le pays, a annoncé le parquet d'Ankara.

"729 arrestations ont eu lieu", a déclaré le parquet, qui a envoyé les noms de 1 112 personnes, soupçonnées de liens avec la mouvance guléniste, aux autorités locales de 75 des 81 provinces de Turquie.

Le parquet avait annoncé dans un communiqué avoir envoyé cette liste en lien avec une enquête sur la fuite du sujet d'un examen d'entrée dans la police en 2010, imputée aux réseaux gulénistes.

>> À lire : Affaire Khashoggi : Washington envisage l'expulsion de Gülen pour calmer Ankara

"Nous ne pouvons pas savoir si les personnes dont nous avons envoyé les noms vont être simplement convoquées pour une déposition ou arrêtées", a précisé à l'AFP une source judiciaire, interrogée à propos de cette liste. Et elle a ajouté : "À Ankara, nous avons arrêté 45 personnes, mais nous ne savons pas ce qui sera décidé dans les autres provinces".

Arrestations massives depuis 2016

Depuis juillet 2016, plus de 77 000 personnes ont été emprisonnées et sont dans l'attente d'un procès. Des arrestations massives sont régulièrement effectuées par la police. Les autorités ont également suspendu ou limogé 150 000 fonctionnaires et militaires.

Le ministre de l'Intérieur turc, Süleyman Soylu, avait prévenu dimanche qu'une "nouvelle opération d'envergure" était en préparation contre les gulénistes. "Nous les éradiquerons de ce pays", avait-il déclaré.

Les opposants d'Erdogan accusent le chef de l'État d'utiliser le putsch manqué comme prétexte pour réprimer toute voix dissidente. Le gouvernement dit protéger la sécurité nationale.

Fethullah Gülen, un ancien mentor et allié de Recep Tayyip Erdogan, vit en exil aux États-Unis depuis vingt ans. Il dément toute implication dans la tentative de coup d'État dirigée contre le président turc.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.