Accéder au contenu principal

En Inde, un attentat-suicide fait plusieurs dizaines de morts dans la région du Cachemire

Des forces de sécurité indiennes inspectent un autobus à la suite de l'attaque d'un convoi de la police, le 14 février 2019.
Des forces de sécurité indiennes inspectent un autobus à la suite de l'attaque d'un convoi de la police, le 14 février 2019. STR, AFP

Au moins 41 membres des forces de sécurité indiennes ont été tués dans un attentat-suicide dans la région du Cachemire, a annoncé jeudi la police. L'attaque a été revendiquée par le groupe islamiste Jaish-e-Mohammed.

PUBLICITÉ

Au moins 41 paramilitaires ont péri jeudi 14 février dans un attentat contre un convoi près de Srinagar, dans la région du Cachemire a annoncé la police. "Un engin artisanal a explosé au moment où passait le convoi de la CRPF" (Central Reserve Police Force), a déclaré Munir Ahmed Khan, un officier de cette force paramilitaire, à l'AFP.

L'attaque a été revendiquée par le groupe islamiste Jaish-e-Mohammed (Armée de Mohammed), qui dit avoir visé un convoi des forces de police et détruit des dizaines de véhicules. Une camionnette bourrée d'explosifs a explosé près du convoi de bus. "L'explosion a été puissante", a expliqué à l'AFP le porte-parole de la CRPF, Sanjay Kumar.

Le convoi était composé de 78 véhicules, et comptait 2 500 personnes, dont beaucoup revenaient d'une permission. Ce qui laisse présager que le bilan pourrait encore s'alourdir.

L'Inde adresse une mise en garde au Pakistan

"Nous allons riposter de manière appropriée, notre voisin ne sera pas autorisé à nous déstabiliser", a déclaré le Premier ministre indien Narendra Modi

Selon New Delhi, il existe des preuves irréfutables de l'implication du Pakistan dans l'attaque commise dans une région où sévit depuis plus de 25 ans une insurrection séparatiste conduite par des rebelles musulmans. L'Inde accuse le Pakistan de soutenir la rébellion en lui fournissant hommes, équipements et argent, ce qu'Islamabad nie.

Le chef du gouvernement indien a "fermement dénoncé cette attaque odieuse". "Le sacrifice de nos braves membres des forces de sécurité ne sera pas vain", a-t-il ajouté sur Twitter.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a condamné de son côté "l'attaque ignoble qui vient de frapper l'Inde".

"La France, a-t-il ajouté, a toujours été et sera toujours aux côtés de l'Inde dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes. J'appelle chaque État à lutter effectivement contre les réseaux terroristes et leurs canaux de financement et à empêcher les mouvements transfrontaliers de groupes terroristes, comme le Jaish-e-Mohamed qui a revendiqué cette attaque."

Attaque la plus meurtrière depuis plus de deux ans

L'attaque, qui s'est produite sur une autoroute à une vingtaine de kilomètres de Srinagar, est la plus meurtrière au Cachemire indien depuis plus de deux ans. Dix-neuf soldats avaient été tués en septembre 2016 lors d'un assaut contre le camp militaire indien d'Uri.

>> À lire aussi : "La tension montre entre l'Inde et le Pakistan à propos du Cachemire"

Le Cachemire est revendiqué aussi bien par l'Inde que le Pakistan depuis la fin de la colonisation britannique en 1947. Les forces indiennes dans la partie sous contrôle de New Delhi sont estimées au total à quelque 500 000 hommes.

Une insurrection séparatiste meurtrière déstabilise le Cachemire indien depuis 1989. L'Inde accuse le Pakistan de soutenir en sous-main les infiltrations et la rébellion armée, ce qu'Islamabad a toujours démenti.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.