Accéder au contenu principal

Alexandre Benalla porte plainte après la diffusion d'enregistrements par Mediapart

Alexandre Benalla lors de sa dernière audition devant la Commission d'enquête du Sénat, le 21 janvier 2019
Alexandre Benalla lors de sa dernière audition devant la Commission d'enquête du Sénat, le 21 janvier 2019 AFP

Une plainte a été déposée au sujet d'extraits sonores diffusés par Mediapart fin janvier, selon le JDD, et qui retracent des conversations entre l'ancien collaborateur de l'Élysée et Vincent Crase, ex-employé de LREM.

PUBLICITÉ

Une plainte a été déposée, jeudi 14 février, au nom d'Alexandre Benalla pour "détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interceptions", "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "atteinte à la représentation de la personne", selon les informations du Journal du Dimanche. Cette procédure judiciaire fait suite aux révélations de Mediapart, le 31 janvier, sur des extraits sonores d'une conversation avec Vincent Crase, ex-employé de LREM, lors d'une rencontre, le 26 juillet, en violation de leur contrôle judiciaire.

>> À lire : Matignon, Mediapart, enregistrements… le point sur le nouveau volet de l’affaire Benalla

Une semaine plus tôt, les deux hommes avient été mis en examen dans l'enquête sur les violences du 1er mai 2018, point de départ de l'affaire qui embarrasse depuis plus de six mois l'exécutif. Dans l'enregistrement, les deux hommes évoquent les répercussions de leurs ennuis judiciaires sur la société de Vincent Crase, engagée dans un contrat de sécurité avec le milliardaire russe Iskander Makhmoudov, aujourd'hui objet d'une enquête du parquet national financier.

Le lendemain de la publication des extraits sonores, Matignon avait transmis par courrier au parquet de Paris l'hypothèse, venue de la presse, que la rencontre ait pu avoir lieu dans l'appartement, mis sur écoute, de la compagne de Chokri Wakrim, Marie-Elodie Poitout, qui a démissionné depuis.

Origine incertaine

Le parquet avait alors ouvert une enquête pour "détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interception de télécommunications ou de conversations" et "atteinte à l'intimité de la vie privée". L'avocat d'Alexandre Benalla, Jacqueline Laffont, souligne le caractère très incertain de l'origine des enregistrements.

De son côté, le journaliste Fabrice Arfi, co-responsable des enquêtes de Mediapart, a rappelé sur Twitter que dans l'affaire Bettencourt, "des enregistrements peuvent constituer une preuve judiciaire".

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.