Accéder au contenu principal

Un suspect en garde à vue après les insultes antisémites contre Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut à son domicile parisien le 16 juin 2015.
Alain Finkielkraut à son domicile parisien le 16 juin 2015. Joël Saget, AFP

Cinq jours après l'agression verbale à caractère antisémite d'Alain Finkielkraut, le parquet de Paris a annoncé mercredi qu'un homme a été placé en garde à vue à Mulhouse. Il évoluerait dans les milieux radicalisés selon la ministre de la Justice.

PUBLICITÉ

Un homme soupçonné d'avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut, samedi en marge d'une manifestation parisienne de Gilets jaunes, a été placé en garde à vue mardi soir, a indiqué le parquet de Paris mercredi 20 février.

Le suspect, un vendeur de téléphones du département du Haut-Rhin, est l'homme le plus visible sur les vidéos de l'altercation diffusées samedi, a indiqué une source policière. Selon une source proche du dossier, il s'est rendu à une convocation des enquêteurs.

Il évoluerait dans les milieux musulmans radicalisés, selon la ministre de la Justice Nicole Belloubet, qui était interrogée mercredi matin sur Franceinfo. "C'est quelqu'un qui manifestement a une forme de radicalisation. Je pense que ce qui est important, c'est qu'il soit en garde à vue", a déclaré la ministre, qui a précisé que l'enquête n'était pas terminée, suggérant que d'autres interpellations pourraient avoir lieu.

>> À lire : Antisionisme et antisémitisme : confusion des sens

"Espèce de sioniste", "grosse merde", "elle est à nous, la France", avait notamment proféré cet homme, vêtu d'un gilet jaune, en s'adressant au philosophe et académicien, qui n'a pas porté plainte. Une enquête préliminaire avait été ouverte dimanche pour "injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion".

L'agression a suscité l'indignation du monde politique et associatif, qui avait appelé à faire front commun, face à la multiplication d'actes antisémites en France.

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées mardi en France pour dénoncer la recrudescence de l'antisémitisme contre lequel Emmanuel Macron a promis des "actes forts".

 

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.