Accéder au contenu principal

Brexit : trois députées britanniques quittent le Parti conservateur de Theresa May

La Première ministre Theresa May s'est dite "attristée" par la décision des députées de quitter le Parti conservateur au pouvoir.
La Première ministre Theresa May s'est dite "attristée" par la décision des députées de quitter le Parti conservateur au pouvoir. Niklas Halle'n, AFP

Trois députées Tories favorables à un second référendum sur le Brexit ont annoncé mercredi leur démission du Parti conservateur à cause de leur désaccord avec la ligne gouvernementale sur le retrait de l'UE.

PUBLICITÉ

C'est un coup dur pour Theresa May. Les députées  conservatrices Anna Soubry, Heidi Allen et Sarah Wollaston ont exprimé mercredi 20 février dans une lettre à la Première ministre britannique publiée sur Twitter, leur intention de rejoindre le "Groupe indépendant", créé lundi par sept députés travaillistes eux-mêmes démissionnaires de leur parti.

Les trois députées s'étaient prononcées contre le Brexit lors du référendum de 2016. "Le Brexit a redéfini le Parti conservateur - annulant tous les efforts déployés pour le moderniser", écrivent les trois femmes, qui estiment que leur formation a "abandonné (ses) principes et (ses) valeurs".

Elles dénoncent le "virage à droite" opéré selon elles par la formation, sous l'influence conjuguée du European Research Group, un groupe de députés eurosceptiques très influent considéré comme un "parti au cœur du parti", et du DUP, l'allié nord-irlandais archi-conservateur, avec lequel les Tories ont signé un accord d'alliance pour garantir à l'exécutif une majorité conservatrice au Parlement.

"Gestion désastreuse du Brexit"

"Nous n'avons pas changé", affirment-elles. "C'est le parti qui a changé, et il ne représente plus les valeurs et les convictions que nous partageons avec des millions de personnes à travers le Royaume-Uni". "Le coup de grâce a été la gestion désastreuse du Brexit par ce gouvernement". Elles dénoncent les "conséquences destructrices" que fait peser le scénario d'un divorce sans accord avec l'UE sur l'économie et la société britannique.

La Première ministre Theresa May, chef du parti conservateur, tente de rouvrir les négociations avec Bruxelles sur le traité de retrait qui a été rejeté par le Parlement, laissant pour l'heure le Royaume-Uni sans accord de sortie avec les 27, à seulement 37 jours de l'échéance. "Nous n'attendrons pas que nos orteils soient au bord du précipice", écrivent les trois députées, pour justifier leur intention de rejoindre le "Groupe indépendant" et ainsi mettre en avant "les intérêts de nos électeurs et du pays".

>> À lire aussi : Brexit : Theresa May souhaite rediscuter de la question de la frontière irlandaise

Le Groupe indépendant a été créé lundi par sept députés travaillistes s'opposant à la politique menée par leur leader, Jeremy Corbyn, sur le dossier du Brexit, et à sa gestion des accusations d'antisémitisme qui touchent le parti. Anna Soubry, Heidi Allen et Sarah Wollaston rejoignent ainsi l'ex-député travailliste Chuka Umunna, l'une des figures du mouvement en faveur d'une nouvelle consultation.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.