Accéder au contenu principal

Breakdance, surf, escalade et skatebord aux JO à Paris ?

Le surfeur sud-africain Matthew McGillivray lors d'une compétition en Israël, le 15 janvier 2019.
Le surfeur sud-africain Matthew McGillivray lors d'une compétition en Israël, le 15 janvier 2019. Jack Guez, AFP

Les organisateurs des JO-2024 à Paris ont dévoilé une sélection de sports invités. Breakdance, surf, escalade et skateboard font partie de la liste, qui doit encore être validée par le CIO.

Publicité

"Pour rester inspirants et fédérateurs, les Jeux doivent s'ouvrir sur les pratiques des nouvelles générations !". C’est le message que veulent faire passer les organisateurs des Jeux olympiques de 2024 à Paris. Le Comité d'organisation des Jeux olympiques de Paris-2024 (Cojo) a annoncé jeudi 21 février avoir proposé une sélection de quatre sports invités : le breakdance, le surf, l’escalade et le skateboard.

Le choix de ces disciplines répond au souhait des organisateurs de "se connecter aux sports qui cartonnent partout dans le monde pour apporter aux Jeux une dimension plus urbaine, plus sport de nature, plus artistique", a souligné Tony Estanguet, le patron de Paris-2024, lors d'une présentation à Paris.

Cette liste, qui s'ajouterait aux 28 sports déjà au programme, doit encore être validée par le Comité international olympique (CIO). La réponse sera donnée en décembre 2020, après les JO de Tokyo.

Une première apparition pour le breakdance

Le breakdance, une danse acrobatique issue de la culture hip-hop, ferait sa première apparition aux Jeux olympiques en 2024. Il est apparu aux Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) de Buenos Aires en 2018, sous forme de duels ("battles") départagés par des juges. Les candidats pouvaient se qualifier en envoyant une vidéo en ligne. Cette discipline est rattachée à la Fédération mondiale de la danse sportive (WDSF).

Les trois autres sports, escalade, skateboard et surf, sont déjà invités à Tokyo-2020. Au moins une vingtaine de disciplines rattachées à des fédérations reconnues par le Comité international olympique (CIO), avaient postulé pour Paris-2024, notamment Le karaté et le baseball/softball, présents comme sports additionnels au Japon, ou encore la pétanque et le squash.

Le CIO et le Cojo avaient annoncé que le nombre de sportifs accueillis serait plafonné à 10 500 pour les JO de Paris-2024, ce qui limitait les chances des sports collectifs. Le Cojo avait aussi indiqué que les sports invités ne devaient pas nécessiter de nouvelles constructions d'équipements pérennes.

Pour le surf, Biarritz, alliée à trois communes landaises (Capbreton-Hossegor-Seignosse) a déjà déposé un dossier pour accueillir la discipline, tout comme Lacanau (Gironde).

>> À voir : "Les JO, un énorme tremplin pour le surf"

Un marathon ouvert à tous

Le budget total prévu des Jeux olympiques s'élève aujourd'hui à 6,8 milliards d'euros : 3,8 milliards sont issus du privé (CIO, sponsors, billetterie) pour organiser les compétitions – un chiffre qui peut évoluer en fonction des recettes – et 3 milliards sont consacrés aux chantiers pour les équipements pérennes, dont 1,5 milliard fournis par les pouvoirs publics (Etat, collectivités).

En plus des nouveaux sports, les organisateurs des JO-2024 ont mis en avant jeudi "une approche des Jeux tournés vers les gens, pour les gens", selon les mots employés par Tony Estanguet. En clair, Paris-2024 va proposer au grand public, aux spectateurs, de s'investir pleinement dans l'évènement, à travers des sports connectés et l'organisation d'un marathon ouvert à tous, dont les modalités restent à définir.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.